L'AG de Fortis a finalement dit oui

Le dernier accord entre l'Etat belge, Fortis Holding et BNP Paribas a finalement obtenu le feu vert des actionnaires de Fortis. La vente de 25% + 1 action de Fortis Insurance Belgium à Fortis Banque a, elle aussi, été approuvée.
Les actionnaires de Fortis holding, réunis en assemblée générale mardi à Gand, ont approuvé à 72,99% des voix la vente de 75% de Fortis banque à BNP Paribas ainsi que la vente de 25% + 1 action de Fortis Insurance Belgium à Fortis Banque.
Plusieurs dizaines de partisans du cabinet Modrikamen avaient quitté la salle de l'assemblée générale de Fortis Holding à quelques minutes des votes.

Ils avaient été invités à quitter la salle par Me Mischaël Modrikamen, après que le président de Fortis Holding eut refusé une ultime proposition de ce dernier visant à procéder à deux votes: l'un reprenant tous les droits de vote, l'autre excluant les droits de vote litigieux, pour lesquels Fortis Holding avait eu procuration.

Avant le vote, 658 millions d'actions étaient représentées, soit 26,15% du capital.

Ambiance survoletée

L'ambiance dans l'AG de Fortis restait surchauffée.

Après les huées et les jets de projectiles, une première interruption, puis une deuxième plus brève, l'assemblée générale des actionnaires de Fortis a repris.

Celle-ci a tourné au face-à-face entre Jozef De Mey, le président du CA de Fortis holding, et les tenants du "stand alone", principalement Me Modrikamen, représentant de quelque 2.400 actionnaires.

Après avoir consulté ses avocats, le président du conseil d'administration de Fortis holding, Jozef De Mey, a annoncé aux actionnaires sa décision de poursuivre l'assemblée générale selon l'agenda initialement prévu.

"On ne peut pas priver de leurs droits de vote les actionnaires qui ont rempli correctement les formalités", a justifié M. De Mey, à la suite d'une interruption de plusieurs dizaines de minutes qui a permis au conseil d'administration de Fortis de consulter ses avocats.

"Respectez la démocratie et fermez-là"

Parmi ces partisans du "oui", un représentant syndical a pris la parole pour exprimer le soutien d'une partie du personnel de Fortis banque à la transaction conclue avec BNP Paribas.
Selon le responsable syndical, l'option BNP Paribas est la meilleure solution alors que le personnel est las de l'incertitude planant sur le sort de Fortis.

Un autre actionnaire, favorable à BNP Paribas, a pris la parole pour stigmatiser le comportement des actionnaires partisans du "non", très bruyants depuis le début de l'AG.

"Repectez la démocratie et fermez-là! ", a-t-il lâché, sous les huées, accusant en outre Me Modrikamen "d'avoir manipulé" la foule des actionnaires.

La plupart des interventions lors de la séance de questions-réponses restaient toutefois majoritairement opposées à la transaction avec BNP Paribas et aux membres du conseil d'administration de Fortis holding, pourtant élu le 11 février dernier par les actionnaires, mais auxquels il est reproché par maints actionnaires présents à l'AG de ne pas avoir envisagé sérieusement la piste du "stand alone" et de ne pas avoir suffisamment défendu les intérêts des actionnaires.