Le marché de l’emploi s’ouvre aux travailleurs d’Europe de l’Est

Les employés de l’Europe de l’Est peuvent dès ce 1er mai venir travailler en Belgique sans permis préalable. Seuls les ressortissants Bulgares et Roumains demeurent soumis à certaines restrictions.
Jusqu’à présent, les Polonais, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Slovènes, les Estoniens, les Lettons et les Lituaniens devaient être en possession d’un permis de travail dans notre pays. Depuis ce 1er mai, ce n’est plus le cas.

"Ces personnes peuvent désormais être embauchés dans tous les secteurs et non plus dans ceux sans débouché. La situation demeure toutefois la même pour les Bulgares et les Roumains", indique Jowita Sokolowska, employée d’un bureau de placement.

Ces derniers ne peuvent travailler en Belgique que s’ils sont en possession d’un permis de travail ou s’ils sont engagés dans des domaines où la main-d’œuvre qualifiée est difficile à trouver, notamment dans le secteur de la construction.

Selon Jowita Sokolowska, la nouvelle mesure ne va pas provoquer un afflux massif de nouvelle main d’œuvre en Belgique. "La crise touche tout le monde. De nombreux Polonais rejoignent ainsi leurs familles dans leur pays. Il existe un afflux, mais il reste limité".

La Belgique est l’un des derniers pays membres de l’Union à avoir ouvert ses frontières aux travailleurs de l’Est.