“Faire des navettes moins polluantes”

A Zaventem (Brabant flamand), l’organisation environnementale Bond Beter Leefmilieu a donné ce lundi le coup d’envoi de la 3e édition de l’action « Ik-Kyoto » (littéralement ’Moi-Kyoto’). L’organisation veut encourager les navetteurs à utiliser des moyens ou formules de transport plus écologiques pour se rendre au travail.
L’action fait référence au Protocole de Kyoto, entré en vigueur en février 2005, et dans lequel les pays industrialisés et en transition s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour tenter de ralentir le processus de réchauffement de la planète.
« Sept personnes sur dix qui exercent un emploi se rendent sur leur lieu de travail à bord de leur voiture, qu’elles occupent seules. Nous voulons faire changer cela », affirme Bram Claeys de l’organisation environnementale flamande Bond Beter Leefmilieu (BBL).

« Nous voulons convaincre les citoyens de choisir d’autres moyens ou formules de transport plus durables pour se rendre à leur travail : à vélo par exemple, ou en transports en commun, ou encore faire la navette avec des collègues ». Le BBL met des dossiers d’information à la disposition de tous les citoyens qui le souhaitent.

Entreprises et communes soutiennent l’action

L’action - qui en est à sa troisième édition en Flandre - a obtenu cette année le soutien de 420 entreprises et communes. C’est 11% de plus que l’an dernier. A l’époque, 348 entreprises avaient pris part au projet. L’action se poursuit jusqu’au 29 mai.

Les entreprises participantes encouragent leur personnel à venir travailler à pied, ou à prendre autant que possible le vélo et les transports en commun pour se rendre au bureau, ou encore à partager une voiture avec des collègues.

Les kilomètres parcourus avec un moyen de transport plus écologique sont notés, pour permettre ensuite de calculer la quantité d’émanations de CO2 qui a ainsi pu être épargnée.