Van Rompuy : "D’abord s’attaquer à la crise puis au budget"

Le Premier ministre Herman Van Rompuy (CD&V) est convaincu que le gouvernement fédéral doit d’abord prendre des mesures afin de tenter de juguler la crise économique et ensuite s’attaquer au déficit budgétaire.
Herman Van Rompuy réagissait aux prévisions très pessimistes de la Commission européenne concernant la Belguique.

Déficit public de 4,5% du PNB

Dans ses traditionnelles prévisions économiques de printemps, la Commission a prédit pour notre pays un déficit public de 4,5% de son PNB en 2009, et de 6,1% en 2010 à politique inchangée.

L'endettement du pays devrait ainsi repasser au-dessus de la barre symbolique de 100% du PNB dès l'année prochaine, selon les calculs de l'exécutif européen. Celui-ci prévoit également une contraction de l'économie belge de -3,5% cette année, mais de -0,2% seulement en 2010.

Le chômage dans le royaume devrait lui atteindre 8,5% de la population active en 2009, et même 10,3% en 2010, contre 10,9% pour l'ensemble de l'UE qui enregistrera en 2009 un recul économique de 4% en raison de la crise actuelle.
Interrogé sur le déficit budgétaire lors de l’émission Phara, sur Canvas (2ème chaîne de la VRT-télévision), le Premier ministre a déclaré que toute l’attention devait aller à la reprise de l’économie.

Herman Van Rompuy est persuadé que dès que l’économie reprendra des couleurs, la budget pourra être ramené en équilibre.