AB InBev revend aussi Tsingtao Brewery

Un jour après avoir annoncé la cession d’Oriental Brewery - le 2e plus gros brasseur de Corée du Sud -, le numéro 1 mondial de la bière indique ce vendredi avoir vendu à un investisseur privé chinois la part minoritaire de 7% qu’il détenait encore dans l’entreprise brassicole chinoise Tsingtao.
Le géant brassicole belgo-brésilien AB InBev poursuit son opération de réduction de dettes, notamment en se défaisant de certaines filiales. Cette dette provient essentiellement de l’acquisition, fin 2008, du brasseur américain Anheuser-Busch, pour laquelle InBev avait dû verser 52 milliards de dollars et effectuer un financement à hauteur de 45 milliards de dollars.
Ce jeudi, AB InBev (photo) annonçait déjà qu’il se défaisait de sa filiale sud-coréenne Oriental Brewery. Dans un communiqué publié ce vendredi avant l’ouverture des marchés boursiers, l’entreprise brassicole ancrée à Louvain (Brabant flamand) indique avoir cédé la part minoritaire de 7% qu’elle détenait encore dans la brasserie chinoise Tsingtao Brewery à l’investisseur privé chinois Chen Fashu.

Il s’agit de plus de 91 millions de titres de Tsingtao revendus pour la somme de 235 millions de dollars.

Au début de cette année, AB InBev possédait encore une participation de 27% dans Tsingtao Brewery. En avril, le n°1 mondial de la bière finalisait la vente de 20% de participation au Japonais Asahi, pour un montant de 667 millions de dollars.

Présence en Chine maintenue

La revente de Tsingtao ne signifie pas qu’AB InBev se retire totalement du marché chinois de la bière. Le géant brassicole reste en effet, avec des marques internationales telles que Budweiser et plusieurs marques régionales, un acteur important en Chine.

Il propose ainsi les marques chinoises Harbin, Sedrin et Pearl River. Avec Tsingtao, AB InBev perd cependant une grande marque internationale, qui se vend également bien en Occident.