Kim De Gelder a choisi ses victimes au hasard

La chambre du conseil de Termonde a prolongé de trois mois mardi matin le mandat d'arrêt de Kim De Gelder, tant pour la tuerie à la crèche Fabeltjesland ("Le pays des fables") à Termonde que pour l'assassinat d'Elza Van Raemdonck à Vrasene, près de Beveren.
Les délibérations n'auront pas duré longtemps avant de décider le maintien en détention de Kim De Gelder.

L'enquête avance bien même si les motifs des meurtres sont toujours aussi obscurs.

Kim De Gelder a choisi ses victimes de façon "totalement arbitraire", a déclaré mardi son avocat, Jaak Haentjens. "Il a effectivement mené certains préparatifs et s'est présenté, dans le cas du crime de Vrasene comme un employé de la compagnie des eaux".

"Il n'y a pas de motif. La seule chose qu'il répète continuellement, c'est que des voix dans sa tête l'ont obligé à tuer".

Selon Jaak Haentjens, son client n'est donc pas responsable de ses actes et si les psychiatres le décident, il devra être interné et il n'y aura pas de procès d'assises."
Kim De Gelder est poursuivi pour avoir poignardé à mort deux bébés de la crèche ainsi qu'une puéricultrice de 54 ans le 23 janvier dernier.

Dix enfants et deux autres puéricultrices avaient également été blessés.

Le jeune homme a par ailleurs reconnu avoir assassiné Elza Van Raemdonck, âgée de 72 ans, le 16 janvier dernier.

La semaine dernière, il est apparu que Kim De Gelder avait aussi essayé de rentrer par effraction dans la maison des voisins d'Elza Van Raemdonck, peu avant son premier assassinat.

Selon l'avocat de la famille, l'intention de Kim De Gelder était de tuer tous les habitants de cette maison.