Volvo demande des garanties financières à la Belgique

Volvo Cars va demander aux autorités belges des garanties financières pour son emprunt devant la Banque européenne d'investissement (BEI), après avoir échoué le mois dernier à trouver un accord similaire avec la Suède, a déclaré son PDG jeudi dans un entretien.
Le constructeur suédois, que le propriétaire américain Ford cherche actuellement à vendre, avait besoin de l'appui de Stockholm pour garantir un prêt de 200 millions d'euros auprès de la BEI, appui financier que l'Etat suédois ne lui a finalement pas accordé.
Selon le journal suédois Dagens Industri, son PDG Stephen Odell cherche désormais à obtenir les garanties en Belgique, où Volvo Cars dispose d'une importante usine à Gand (Flandre orientale) et souligne que le résultat des négociations pourrait influencer le lieu où les nouveaux modèles de Volvo seront construits.

"Il est clair que la garantie de prêt de la Belgique pourrait influencer nos décisions futures sur l'emplacement de la production et de la conception des produits", déclare-t-il au quotidien économique paru jeudi.
"Je ne peux pas laisser Volvo Cars désavantagé par rapport à ses concurrents qui ont le soutien de leurs gouvernements (...) Je dois faire quelque chose", estime Stephen Odell.

Les premières discussions avec les autorités flamandes ont eu lieu au début de l'année, a précisé à l'AFP Maria Bohlin, porte-parole de Volvo Cars. Stephen Odell a également rencontré le Premier ministre fédéral Herman van Rompuy, selon Dagens Industri.

Le 12 mars, la BEI avait accordé 3 milliards d'euros à plusieurs constructeurs automobiles, dont 200 millions d'euros à Volvo Cars, mais à la condition pour ce dernier d'obtenir des garanties publiques.

Volvo Cars avait annoncé jeudi dernier l'échec des négociations avec l'Etat suédois.

Le constructeur suédois est séparé du groupe Volvo, spécialisé dans les poids lourds, depuis son acquisition par Ford en 1999 pour 6,45 milliards de dollars.