Frank De Winne en route vers l'ISS

Frank De Winne et ses deux collègues ont pris leur envol en direction de la Station spatiale internationale après le lancement réussi de la fusée Soyouz.
Le vaisseau spatial s'est envolé comme prévu à 12h34 heure belge du centre spatial russe situé dans la steppe désertique du Kazakhstan, à quelque 200 km à l'est de la mer d'Aral.
L'équipage comprend le Belge Frank De Winne, qui deviendra en octobre le premier commandant européen de l'ISS, le Canadien Robert Thirsk et le Russe Roman Romanenko.

Ce sera aussi la première fois que tous les partenaires de la Station (Etats-Unis, Russie, Europe, Japon et Canada) seront représentés simultanément par un astronaute à bord du plus grand laboratoire de microgravité jamais construit.

"On se sent bien. Tout est en ordre"

Dans les minutes qui ont suivi le décollage, les trois hommes sont apparus en direct à la télévision russe, serrés dans la capsule, un plan de vol à la main, conversant avec les contrôleurs au sol.
"Le soleil ? Oui, on le voit", a répondu Roman Romanenko, lui-même fils de cosmonaute, interrogé par le chef de l'Agence spatiale russe Roskosmos, Anatoli Perminov.

"On se sent bien. Tout est en ordre", a lancé le Canadien Robert Thirsk en russe, les trois cosmonautes peinant parfois à entendre leur interlocuteur au sol.
Une centaine d'invités, dont le prince Philippe (photo) et le ministre de la Défense Pieter De Crem, ont assisté au lancement sous un ciel bleu teinté de nuages. Un silence a envahi le pas de tir deux minutes avant le décollage, suivi d'applaudissements nourris quand la fusée s'est détachée dans le ciel.

Quelques minutes plus tard, le vaisseau était mis en orbite. Il s'arrimera vendredi à 14h30 heure de Moscou à l'ISS.

Le Belge, le Canadien et le Russe, qui vont séjourner six mois à bord de l'ISS, rejoindront l'Américain Michael Barratt, le Russe Guennadi Padalka et le Japonais Koichi Wakata qui s'y trouvent déjà.