Une francophone élue pour le SP.A à Bruxelles

Sophie Brouhon, une socialiste francophone âgée de 37 ans, s’était présentée sur la liste des socialistes flamands du SP.A en Région bruxelloise. Placée à la 4e place, elle a obtenu 481 voix de préférence et s’est ainsi procuré un siège au Parlement bruxellois. Au sein du PS, elle aurait dû en obtenir plus de 3.000 à cet effet.
"Nous nous sommes battus pour conquérir ce siège, et nous l’avons obtenu. Je suis donc contente et fière d’avoir réussi, mais je garde les pieds sur terre", a indiqué Sophie Brouhon dans un entretien accordé au quotidien flamand, De Standaard.

Sophie Brouhon explique par ailleurs avoir choisi de se présenter sur une liste néerlandophone car elle se retrouvait dans les positions du SP.A à Bruxelles.

"Je suis socialiste et progressiste. Je désire travailler en faveur d’un projet pour Bruxelles, et je me retrouve dans le projet du SP.A. Malgré ma langue maternelle, je me fiche des chamailleries communautaires", souligne Sophie Brouhon.

Notons que si cette dernière s’était présentée sur la liste socialiste francophone de Bruxelles, elle aurait dû obtenir plus de 3.000 voix de préférence afin d’obtenir son siège au Parlement bruxellois. En optant pour le SP.A, Sophie Brouhon est parvenue à acquérir ce siège avec moins de 500 voix.

Les votes flamands au plus bas à Bruxelles

Seuls 58.811 électeurs ont voté pour des listes néerlandophones lors des élections du 7 juin. C’est le chiffre le plus bas depuis la création du la Région de Bruxelles-Capitale en 1989. Cette année-là, ce chiffre s’élevait encore à 67.000 voix.

Au total, 484.719 personnes ont voté le 7 juin en Région bruxelloise.

Cette baisse du nombre de votes en faveur des listes flamandes pourrait être liée à la chute du Vlaams Belang à Bruxelles. Le parti flamand d’extrême droite a en effet perdu de nombreux électeurs francophones ce 7 juin. Au total, il aura reculé de 17% dans la Région de Bruxelles.