Kris Peeters poursuit ses consultations

Hier, le ministre-président flamand sortant, Kris Peeters, avait reçu les représentants de la N-VA, du CD&V, du SP.A et de l’Open VLD. Aujourd’hui, c’est au tour du Vlaams Belang, de Groen ! et de la Liste Dedecker de discuter sur la formation du nouveau gouvernement.
Mardi, le président intérimaire de l’Open VLD, Guy Verhofstadt (photo), a plaidé en faveur d’une approche commune pour les problèmes fédéraux et flamands. Il désire ainsi agir le plus rapidement possible face à l’instabilité politique dans laquelle se trouve la Belgique depuis quelques années. Pour Verhofstadt, cela signifie qu’une réforme radicale est nécessaire et qu’un accord doit donc être trouvé.

La présidente du SP.A a également été reçue hier Par Kris Peeters. Caroline Gennez a notamment fait remarqué que le président de la N-VA, Bart De Wever, avait dans le cadre de ces concultations adopté un langage nettement plus modéré que les jours précédents.
Ce mercredi matin, c’était au tour du président du Vlaams Belang, Bruno Valkeniers, d’être reçu. "C’est la première fois que nous sommes invités sans devoir nous-mêmes forcer la main", a indiqué ce dernier, ajoutant qu’en 2004, le Vlaams Belang avait ainsi dû s’imposer lors des consultations d’Yves Leterme. Aux yeux de Bruno Valkeniers, l’invitation spontanée de Kris Peeters témoigne un "respect pour les électeurs ".

Selon le président du parti d’extrême droite, les deux formations politiques seraient d’accord sur un certain nombre d’analyses et de solutions, mais d’importantes divergences demeurent. Le Vlaams Belang ne croit ainsi plus au bon fonctionnement du modèle belge. Bruno Valkeniers a par ailleurs indiqué qu’en cas d’une participation de la N-VA au nouveau gouvernement, son parti soutiendra les "bons points" concernant la réforme de l’Etat.
La présidente du parti écolo Groen ! a ensuite à son tour discuté avec Kris Peeters. Mieke Vogels (photo) lui a indiqué que son parti était prêt à livrer une majorité des deux-tiers dans le cadre d’une nouvelle réforme de l'Etat.

"La réforme de l'Etat est une affaire de la Chambre et non du Parlement flamand. On a tendance à l'oublier", a-t-elle souligné. Les  verts peuvent être nécessaires au niveau fédéral afin de réaliser cette réforme. Groen! veut être constructif et y collaborer", a-t-elle ajouté.

Enfin, Kris Peeters a également reçu Jean-Marie Dedecker, le leader éponyme de la LDD. M. Dedecker a estimé qu'au vu des résultats, il ne pouvait revendiquer une place au sein de la future coalition. Il est en revanche d'avis que la N-VA doit en être.