Accord des partenaires de la coalition germanophone

En Communauté germanophone de Belgique, les partis socialiste SP, libéral PFF et régionaliste ProDG ont signé mercredi soir un nouvel accord de gouvernement. C’est la première fois qu’une coalition sortante se succède à elle-même dans la partie germanophone du pays. Le socialiste Lambertz (photo) reste ministre-président.
Les trois partis qui ont signé l’accord pour reformer une nouvelle coalition, après les élections régionales du 7 juin, se sont également mis d’accord sur la répartition des compétences.

Le socialiste Karl-Heinz Lambertz - qui avait été l’an dernier médiateur royal pendant la crise communautaire - reste ministre-président de la Communauté germanophone. Les trois autres postes de ministres seront redistribués. Les libéraux du PFF doivent céder un poste ministériel, le parti « indépendant » ProDG en reçoit deux.

L’accord assez court doit encore être transformé en déclaration de gouvernement. Lambertz la présentera devant le Parlement le troisième mardi du mois de septembre. La déclaration sera ensuite transformée en un document opérationnel. Le texte contient surtout des mesures pour la mise en œuvre du plan de développement régional qui court sur une période de 15 ans et qui avait été lancé par le gouvernement germanophone sortant.

Pour ce qui est de la réforme de l’Etat, les partenaires de coalition se sont mis d’accord sur une vigilance et la conclusion rapide d’un accord de collaboration avec la Région wallonne afin de parvenir à une passation des compétences dans les domaines de l’aménagement du territoire, du logement et des compétences provinciales.