Après le chèque-repas, voici l’éco-chèque

Les premiers éco-chèques seront imprimés en juillet. Dès l’automne, les entreprises privées qui le souhaitent pourront donner à leur personnel ce nouveau type de chèque, en guise de salaire alternatif. D’une valeur de 10 euros, ils serviront à l’achat de produits ou service écologiques. La réponse des entreprises est favorable.
Depuis quelques années déjà, de nombreux employeurs dans toute un série de secteurs d’occupation en Belgique remettent à leur personnel des chèques-repas, en guise de complément salarial qui est exempté d’impôt. Ces chèques - dont la valeur faciale varie -peuvent être utilisés pour payer dans des restaurants ou dans des supermarchés.
Sur leur modèle, un nouveau type de chèque va bientôt faire son entrée en Belgique : l’éco-chèque. Il devra permettre d’acheter des produits ou des services écologiques, tels que des ampoules ou appareils électriques économiques, des produits d’isolations pour habitations, des douchettes économiques, des citernes de récupération d’eau, un vélo, des fûts de compostage ou du papier recyclé.

Les premiers chèques seront imprimés début juillet prochain. Un éco-chèque aura une valeur de 10 euros et sera valable pendant 2 ans. Cela permettra de les économiser pour faire des achats plus importants.

Nombreux secteurs intéressés

L’accord interprofessionnel conclu entre patrons et syndicats à la fin de l’an dernier prévoit une augmentation salariale se limitant, pour les deux années à venir, à la seule indexation. L’employeur peut néanmoins y ajouter un salaire alternatif de 125 euros pour 2009 et de 250 euros en 2010.

Il revient à chaque secteur de décider de quelle manière il attribuera ce salaire alternatif. A l’heure actuelle, plusieurs secteurs se montreraient cependant intéressés par l’option des éco-chèques.

Il s’agit notamment des secteurs métallurgique, chimique, du verre, de la grande distribution, de la logistique et vraisemblablement aussi de l’Horeca.