L’Otan réduira sa force au Kosovo

Au cours de la première des deux journées qui les réunissent ces jeudi et vendredi à Bruxelles, les ministres de la Défense des 28 pays de l’Otan ont approuvé le principe d’une réduction progressive, mais sensible à terme, des effectifs de la force de paix de l’Alliance au Kosovo. Dans un premier temps, la KFor devrait perdre 4.000 soldats. La réduction du contingent belge est liée à la présence d’autres pays.
Selon le Secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer, les ministres ont décidé un ajustement graduel de la posture de la KFor vers une présence de dissuasion d’environ 2.000 soldats. La décision intervient au 10e anniversaire de la résolution des Nations Unies qui avait donné pour mission à l’Otan de diriger une force de sécurité dans l’ancienne province serbe au lendemain du conflit entre les forces séparatistes albanaises et les autorités serbes.
Les ministres de 28 pays membres sont maintenant d’avis que la situation s’est stabilisée au Kosovo et que la force de paix représente une présence surtout dissuasive.

Selon Jaap de Hoop Scheffer, les effectifs de la KFor, qui sont actuellement d’environ 14.000 militaires, devraient passer dans une première phase à 10.000 hommes. Aucune date n’a encore été fixée formellement, mais la première réduction devrait probablement intervenir en janvier 2010.

Le processus d’amincissement devrait durer deux ans, pour parvenir à un effectif réduit à 2.000 ou 2.500 soldats. L’Otan projette déjà de longue date de réduire la KFor au Kosovo, des militaires étant également stationnés en masse dans d’autres régions en crise, comme l’Irak et l’Afghanistan. Ces missions pèsent lourd dans le budget de l’Otan et les budgets de défense des pays membres.

Deux cents militaires belges à Mitrovica

La Belgique compte actuellement quelque 200 militaires qui sont stationnés dans la ville de Mitrovica, au nord du Kosovo. Les soldats belges patrouillent dans et autour de la ville, où les tensions ethniques entre la majorité albanaise et la minorité serbe sont encore latentes.
Selon le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V, photo), la sécurité est encore précaire dans cette région. « Nos militaires y effectuent un travail excellent, dans des conditions difficiles. On va exercer de grosses pressions pour que nous y restions », indique le ministre.

Pieter De Crem affirmait ce jeudi que les 200 militaires belges resteront au moins encore jusqu’à la fin de cette année en poste à Mitrovica. Il soulignait que la présence belge sur le terrain est liée à celle d’autres pays. La Belgique opère en effet sous les auspices de la France.

Le ministre a affirmé qu’il aurait déjà voulu réduire le contingent belge de moitié au 1er juillet, mais que cela n’a pas été possible. De Crem est partisan d’une réduction proportionnelle de la présence belge.