"Allo De Winne ? Ici Louvain!"

L’école primaire Terbank-Egenhoven d’Heverlee (Louvain) a eu l’occasion d’entrer en contact radio, vendredi après-midi, avec l’astronaute belge Frank De Winne, qui se trouve actuellement sur la Station spatiale internationale (ISS). Les élèves ont pu lui poser 22 questions.
A 08,42, Frank De Winne s’est tout d’abord entretenu avec un collège scientifique de l’Aquila en Italie, dans une région des Abruzzes touchée en avril dernier par un violent séisme.

A 13h38, il est entré en contact radio avec l’école primaire Terbank-Egenhoven d’Hervelee, dans le Brabant Flamand.
Ces contacts radio s'inscrivent dans le cadre du programme ARISS (Amateur Radio on the International Space Station), dont le Belge Gaston Bertels fait figure de proue. Ils ont lieu régulièrement entre des écoles et des occupants de l'ISS qui s'essayent à la radio-amateur. Ce programme est l'occasion pour des jeunes de s'impliquer dans la technologie des télécommunications.

La radio se trouve sur le module de service Zvezda, composant russe de l'ISS. Actuellement, quatre des six membres d'équipage de l'ISS participent à des échanges radio ARISS: le Canadien Robert Thirsk, le Japonais Koichi Wakata, l'Américain Michael Barratt et le Belge Frank De Winne, qui se fait appeler ON1DWN lors de ces contacts.

"Aucun bus flamand n’est aussi ponctuel que l’ISS"

C’est comme prévu à 13h38 précise que les jeunes élèves de Louvain ont pu voir l’ISS arriver sur un écran d’ordinateur et entrer en contact avec l’astronaute belge.

"Aucun bus en Flandre n’est aussi ponctuel que l’ISS", a plaisanté Miguel Chevalier, porte-parole de la ministre flamande de la politique scientifique, Patricia Ceysens.
Lors de la conversation, l’ISS volait à une vitesse de 28.000 km/h, à 335 km de la terre. A la fin du contact, l’ISS se situait ainsi au-dessus de la Turquie. La discussion devait donc se dérouler rapidement, le contact radio ne pouvant être établi que d’une certaine distance.

Frank De Winne était très audible et a répondu en 10 minutes à 22 questions posées directement par les élèves.

Ces derniers, très curieux, voulaient notamment savoir comment les astronautes mangeaient, ou se rendaient aux toilettes. D’autres désiraient savoir s’il était possible de laver les vêtements dans l’ISS, d’y faire pousser des tournesols, si les astronautes avaient le droit de porter des lunettes ou des lentilles, ou encore s’il sera dans l’avenir plus facile de voyager dans l’espace.