Opel Anvers: Magna ne dévoile pas son jeu

Le ministre-président flamand, Kris Peeters (CD&V), la ministre de l’Economie Patricia Ceysens (Open VLD) et le ministre de l’Emploi Frank Vandenbroucke (SP.A) se sont à nouveau entretenus ce lundi, à Bruxelles (photo principale), avec trois délégués du groupe automobile canado-autrichien Magna, candidat à la reprise d’Opel/Vauxhall en Europe. Ces derniers n’ont donné aucune indication précise sur l’avenir de l’usine anversoise de General Motors.
Alors que des rumeurs sur une éventuelle fermeture de l’usine Opel à Anvers avaient notamment été véhiculées par la presse allemande et un magazine flamand, le gouvernement régional souhaitait obtenir davantage de précisions du candidat à la reprise d’Opel Europe - le groupe Magna - sur ses projets concernant la firme anversoise. Le fabriquant canado-autrichien de pièces détachées ne veut cependant pas vraiment dévoiler son jeu.

Au terme de l’entretien de plus d’une heure qu’ils ont eu ce lundi matin avec trois délégués du groupe Magna, Kris Peters et ses collègues n’en savent donc guère davantage sur l’avenir de l’usine d’Anvers.
« J’ai compris que Magna dit : nous sommes en train d’étudier le dossier et voulons laisser toutes les options ouvertes. A l’heure actuelle, nous ne pouvons en dire davantage », expliquait le ministre-président Peeters (photo) à l’issue de l’entretien. « Je comprends cette attitude. Je pense qu’il était très important de questionner une nouvelle fois les rumeurs sur une fermeture possible d’Opel Anvers. A l’heure actuelle, ce n’est pas à l’ordre du jour ».

Selon Kris Peeters, il importe maintenant de continuer à se concerter « calmement, mais avec beaucoup d’énergie, avec Magna pour lui présenter les atouts que possèdent la Flandre et Anvers ».

Le gouvernement flamand propose notamment à Magna une aide de 500 millions d’euros. Mais il n’est pas le seul à le faire. En Allemagne, plusieurs autorités sont prêtes à avancer des fonds. Le groupe canado-autrichien visite actuellement tous les sites d’Opel et devra peser toutes les options pour prendre ensuite une décision. Elle ne devrait tomber que d’ici quelques semaines.

Kris Peeters a déclaré que la délégation du groupe Magna avait été très satisfaite de la visite qu’elle a rendue la semaine dernière à l’usine Opel d’Anvers.