Kris Peeters veut de l’”action en Flandre”

L’informateur démocrate-chrétien flamand a rédigé une note en vue des discussions pour la formation d’un nouveau gouvernement régional. Il y a mis l’accent sur le besoin de réaliser des économies pour maintenir le budget en équilibre. La réforme de l’Etat y est confiée au Comité de concertation, tandis que la réduction complémentaire du précompte professionnel est allégée. Les quatre partis appelés à former la nouvelle coalition flamande réagissent positivement à la note.
« Action en Flandre, pour une Flandre innovatrice, sociale et ouverte » : voilà le titre donné par Kris Peeters (CD&V) à sa note en vue des discussions de formation d’une nouvelle coalition gouvernementale, présentée mercredi soir.

Le ministre-président flamand y plaide notamment en faveur d’une opération d’économie pour parvenir à retrouver un équilibre budgétaire en 2011. La mesure de réduction complémentaire du précompte professionnel doit donc, selon Peeters, être limitée aux revenus les plus modestes et non pas être étendue.

Sa note évoque également une assurance hospitalisation flamande et une majoration des allocations familiales. Un plan pluriannuel devrait permettre, en outre, de résorber les listes d’attente dans le domaine des soins de santé.

Kris Peeters souhaite aussi voir la création d’une société d’énergie flamande et d’une taxe au kilomètre. Il propose d’autre part de réduire le nombre de cabinets ministériels en Flandre.

Et la réforme de l’Etat ? Elle est confiée au Comité de concertation, au sein duquel tous les gouvernements du pays pourront conclure des accords et fixer une méthode. La note ne cite pas de date butoir pour cette réforme. Entretemps, la Flandre exploitera autant que possible les compétences qui lui ont été allouées.

Personne ne rejette la note

Les quatre partis appelés par Kris Peeters pour une nouvelle série de négociations en vue de la formation d’une coalition gouvernementale réagissent plutôt positivement à sa note. Les démocrates-chrétiens du CD&V (le parti de Peeters) et les nationalistes de la N-VA expriment leur approbation, tandis que les libéraux de l’Open VLD se disent prêts à négocier. Seuls les socialistes du SP.A se montraient encore indécis.
Le CD&V a qualifié la note Peeters de « belle base » aux discussions. Les démocrates-chrétiens sont satisfaits des investissements et des mesures d’emploi proposés, ainsi que de l’augmentation des allocations familiales et de la résorption des listes d’attentes dans les soins de santé.

La présidente du CD&V Marianne Thyssen (photo) souligne que le nouveau gouvernement flamand doit être suffisamment stable que pour pouvoir régner de façon loyale pendant 5 ans.
La N-VA se dit prête à entrer dans la nouvelle coalition flamande. Elle affirme retrouver ses principales priorités dans la note Peeters - une note qu’elle qualifie de « politique flamande assertive ». Quant à la réforme de l’Etat, tellement réclamée par les nationalistes, elle ne sera abordée que « quand le moment sera mûr pour cela », affirme Bart De Wever (photo).

Le SP.A ne se montre pas encore tout à fait convaincu par la note Peeters et une participation à la coalition. Les socialistes veulent d’abord des certitudes au sujet des accents sociaux mentionnés dans l’accord de gouvernement.

« Nous voulons être sûrs d’une protection sociale », affirme la présidente du parti Caroline Gennez. « Si c’est possible, nous sommes prêts à négocier, sinon le SP.A restera un parti d’opposition ».
A l’issue du bureau de parti de ce jeudi, l’Open VLD annonçait vouloir prendre part aux négociations de formation d’une coalition. Les libéraux trouvent important que la réforme de l’Etat soit abordée d’une façon rationnelle.

La direction du parti et les fractions ont par contre chargé les négociateurs de l’Open VLD (dont le président ad intérim Guy Verhofstadt) de tenter d’obtenir une mesure de réduction complémentaire du précompte professionnel (« jobkorting ») aussi large que possible.

L’informateur Kris Peeters annonçait déjà mercredi soir qu’il espérait savoir d’ici la fin de la semaine de quels partis sera formée la nouvelle coalition flamande.