La Belgique interdit les armes à uranium

C’est ce dimanche qu’entre en vigueur - après approbation finale du Sénat jeudi - la nouvelle loi belge interdisant le financement de la fabrication d’armes à uranium, ainsi que leur utilisation et leur détention. Dirk Van der Maelen (SP.A, photo), l’un des auteurs du projet de loi, appelle le gouvernement fédéral à entreprendre des démarches diplomatiques pour parvenir à une interdiction internationale de ces armes qui font surtout des victimes civiles.
C’est au milieu de l’année 2007 que la Chambre approuvait à l’unanimité un projet de loi en vue de l’interdiction de la production, de l’utilisation, du stockage et du commerce de munitions contenant de l’uranium. L’utilisation de ces armes s’est en effet révélée très dangereuse pour la santé publique.
Les armes à uranium attaquent le système nerveux, entraînent des cancers et causent des dommages irréparables au matériel génétique. Elles font en outre avant tout des victimes au sein de la population civile et endommagent l’environnement à long terme.

Tout comme elle l’avait déjà fait pour l’interdiction des mines antipersonnel et des munitions à fragmentation (en vigueur depuis juillet 2006), la Belgique a pris les devants sur la scène internationale pour faire interdire les armes à uranium. La loi entrera en vigueur ce 20 juin - une première mondiale.

Rôle de précurseur

Le député Dirk Van der Maelen - l’un des auteurs du projet de loi - rappelle que la Belgique a été suivie par la communauté internationale sur les dossiers de prohibition des mines antipersonnel et des munitions à fragmentation. Le traité d’Ottawa a ainsi déjà été signé par 156 pays et le traité d’Oslo par 94 pays.
Les socialistes flamands demandent donc que le gouvernement fédéral entreprenne des démarches diplomatiques pour parvenir à une interdiction internationale des armes à uranium. Selon Van der Maelen (photo), un nombre croissant de pays soutiendraient cette interdiction.

« Au Costa Rica, au Japon, en Nouvelle-Zélande et dans plusieurs pays scandinaves, des parlementaires ont présenté une proposition de loi pour introduire pareille interdiction. Je lance un appel au ministre des Affaires Etrangères, Karel De Gucht, pour qu’il trouve des alliés pour l’élaboration d’un traité international ».

La loi entrera donc en vigueur samedi, mais l’armée belge aura encore un an pour détruire son stock de munitions contenant de l’uranium.

Exposition de photos à la Chambre

A l’occasion de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, le président de la Chambre Patrick Dewael inaugure ce jeudi une exposition de photos sur le drame humain causé par l’utilisation des armes à uranium.

Les photos en noir et blanc ont été prises par le photographe japonais Noami Toyoda, qui a fixé sur pellicule les traces laissées à long terme en Irak par l’utilisation d’armes à uranium.