Peeters choisit une coalition sans les libéraux

Le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V), appelé à former un nouveau gouvernement régional flamand au lendemain des élections régionales du 7 juin, a annoncé ce vendredi son intention d’entamer des négociations avec le CD&V, le SP.A et la N-VA. Les libéraux de l’Open VLD ne feront donc pas partie du futur gouvernement flamand.
Au cours d’une conférence de presse qu’il donnait ce vendredi après-midi, le formateur Kris Peeters (photo) a mis fin au suspens qui se prolongeait depuis quelques heures. Il a annoncé qu’il avait invité les démocrates-chrétiens du CD&V, les nationalistes de la N-VA et les socialistes du SP.A pour entamer lundi matin des négociations en vue de la formation du prochain gouvernement flamand.

Avant de rendre publique sa décision, Peeters avait informé le président ad intérim de l’Open VLD, Guy Verhofstadt, de son choix.

N-VA et SP.A réclamaient une tripartite

Ce vendredi matin, le formateur avait encore reçu le président de la N-VA, Bart De Wever, ainsi que la présidente du SP.A, Caroline Gennez. C’est à l’issue de ces nouveaux entretiens qu’il devait prendre sa décision et choisir les partenaires du CD&V pour la formation du nouveau gouvernement régional.
Son choix s’avérait néanmoins limité, étant donné que Bart De Wever (photo) lui avait clairement déclaré que son parti ne prendrait pas part à une coalition de quatre partis. Il estime en effet qu’un gouvernement tripartite peut mieux s’attaquer à la crise économique.

Caroline Gennez avait, elle, laissé entendre qu’elle ne s’opposerait pas à une coalition à quatre, mais que son parti était plus favorable à une tripartite. « Nous voulons un gouvernement stable à trois partis, qui fasse de véritables choix et qui présente un programme social solide ».