“Nous étions faits l’un pour l’autre”

Le roi Albert II et la reine Paola célèbrent ce jeudi 2 juillet leurs noces d’or. Il y a en effet 50 ans que le prince de Liège épousait Paola Ruffo di Calabria, une jeune femme issue d’une famille princière italienne. Elle permit au pays d’oublier quelque peu le drame de la mort de la reine Astrid. De l’union naquirent 3 enfants, avant que le couple princier ne traverse une grosse crise. Mais Albert et Paola se réconcilièrent car, selon la reine, ils étaient faits l’un pour l’autre.
C’est en 1958 qu’Albert de Belgique et Paola Ruffo di Calabria firent connaissance. Albert, prince de Liège, s’était rendu à Rome à l’occasion de l’inauguration du pape Jean XXIII. A l’issue de la cérémonie, l’ambassade de la Belgique organisait une réception au cours de laquelle le jeune prince vit la jeune Italienne pour la première fois.
En 1959, Paola était présentée au peuple belge. Elle atterrit à l’aéroport de Zaventem, où Albert et son père le roi Léopold III, mais aussi toute la presse, l’attendaient. « Le charme et la beauté de la princesse blonde venue du sud conquirent rapidement le cœur des Belges », écrivirent les journaux à l’époque.

Le 2 juillet 1959, le jeune couple heureux se mariait à Bruxelles, et non pas à Rome. Le prince de Liège s’était pourtant rendu auprès du pape pour lui demander une célébration de l’union à Rome, mais sous la pression du gouvernement belge Jean XXIII refusa.

Les noces furent suivies par une foule importante, qui s’était massée autour de la cathédrale Sainte-Gudule à Bruxelles, et l’événement fut retransmis à la télévision. Paola, émue aux larmes, prononça le « oui » crucial.

Cinq années de séparation de corps

« Paola était très jeune et je suis certaine qu’elle était heureuse avec Albert, mais c’était dur pour elle de quitter l’Italie », racontait Elettra Marconi, l’amie de jeunesse de Paola, à propos des premières années de mariage du couple.
Très vite, trois enfants naquirent de l’union princière. Philippe vint au monde en avril 1960, suivi par Astrid en 1962 et Laurent en 1963. C’est à cette époque qu’Albert fut également nommé président d’honneur du conseil d’administration du Service belge au Commerce extérieur.

Le prince et la princesse de Liège se rendirent ainsi souvent à l’étranger. « Ce sont les contacts qui me passionnent le plus », expliquait Albert lors d’une de ses missions. Les trois enfants restaient en Belgique et s’éloignèrent de leurs parents.

Au milieu des années 1960, Albert commença à voyager de plus en plus souvent seul. Des rumeurs circulaient à propos d’aventures extraconjugales des deux époux. Albert et Paola s’installèrent d’ailleurs dans deux parties différentes du château de Belvédère et les papiers pour un divorce auraient même déjà été prêts.
Mais au cours des années 1980, le couple se réconcilia. Selon les différentes sources, ce serait feu le roi Baudouin (frère ainé d’Albert) et le cardinal Suenens qui auraient œuvré à cette réconciliation.

Astrid, la fille très croyante du couple, aurait aussi ramené ses parents l’un à l’autre par le biais du Renouveau Charismatique - un mouvement reconnu de l’Eglise catholique.

Dans une interview accordée à l’occasion de son 70e anniversaire, la reine évoqua elle-même ces années difficiles de leur mariage. « Nous avons eu nos difficultés, mais maintenant nous sommes convaincus d’avoir été faits l’un pour l’autre. Nous sommes aujourd’hui réellement heureux ».

Roi et reine, bon-papa Tino et bonne-maman Lita

A la suite du décès inopiné du roi Baudouin, à l’été 1993, Albert et Paola furent appelés à régner. Albert II se montra immédiatement à la hauteur de sa nouvelle fonction, tandis que Paola mit un peu plus longtemps à s’habituer aux cérémonies officielles.
En 1999, un livre consacré à la reine Paola et écrit par le jeune étudiant flamand Mario Danneels fit ressurgir un secret public : Albert II avait eu avec la baronne Sybille de Sélys-Longchamps une fille illégitime. Delphine Boël (photo) était née en 1968.

Albert II refuse encore toujours de reconnaître officiellement cette fille. Juste après la parution du livre de Mario Danneels, le roi défendit d’ailleurs son mariage avec Paola. Il surprit la population en déclarant, dans son message de Noël 1999 : « La reine et moi-même avons repensé à la crise que notre couple a traversée, il y a 30 ans. Cette période de crise nous a d’ailleurs été remise en mémoire tout récemment. Nous souhaitons ne pas nous exprimer à ce sujet. Il s’agit de notre vie privée ».
La tempête médiatique retomba, notamment à l’approche du mariage du prince Philippe - héritier au trône - avec Mathilde d’Udekem d’Acoz.

Ces dernières années, le couple royal a donné l’image d’un tandem solide, tant lors de voyages à l’étranger que pendant leurs vacances privées en Italie. Leur plus grande fierté sont maintenant leurs 12 petits-enfants. Ces derniers les appellent d’ailleurs avec tendresse bon-papa Tino et bonne-maman Lita.