Plusieurs centrales de distribution bloquées

Des centaines de producteurs de lait ont bloqué depuis dimanche soir l’entrée de quatre centrales de distribution de grands magasins à Hal, Ghislenghien, Courcelles et Villeroux. La direction de Colruyt est furieuse et craint que l’action n’entraîne rapidement une rupture de stock dans ses magasins. Les agriculteurs se sont aussi rendus à Zellik et Nivelles.
Les actions de blocage ont débuté dimanche vers 22 heures. Un groupe de producteurs wallons de lait en colère s’est rendu avec des dizaines de tracteurs devant les centres de distribution de grands magasins à Hal et Ghislenghien, mais aussi à Courcelles et Villeroux. Ils en ont bloqué l’accès aux camions.

Plus de 300 agriculteurs participaient ce lundi aux actions de blocage. A Hal, près de 200 camions n’ont pu entrer ou sortir de la centrale de distribution de Colruyt. Une autre centaine de camions n’ont pu se rendre à la centrale de Ghislenghien qui approvisionne également Colruyt. A Courcelles et Villeroux, c’est la centrale de distribution de Lidl qui a été bloquée.

Les agriculteurs protestent encore toujours contre les prix du lait qu’ils estiment trop bas. Les distributeurs ne leur donnent en effet que 18 centimes par litre de lait, alors que leur coût de production s’élève à 33 centimes d’euro.

Actions à Zellik et Nivelles aussi

Au cours de la journée, les agriculteurs qui bloquaient l'accès au centre de distribution de Hal ont pris la route en colonne vers Zellik. Il s'y sont positionnés pour le reste de la journée, au moins, devant l'entrepôt central des produits frais de Delhaize.

Les producteurs de lait ont d'autre part décidé de rester à Ghislenghien, mais leur barrage est progressivement devenu filtrant.

Un autre groupe d'agriculteurs bloquait depuis l'après-midi une centrale de distribution des produits des supermarchés Carrefour à Nivelles (Brabant wallon). Les actions devaient se poursuivre au moins jusqu'à ce lundi soir.

Des négociations sont prévues ce mardi avec la ministre fédérale de l'Agriculture, Sabine Laruelle.

"Les rayons de Colruyt seront vite vides"

La direction de Colruyt se dit exaspérée par l’action de blocage et affirme ne pouvoir proposer elle-même une solution à un problème macro-économique. Elle affirme également que l’action se fera bientôt sentir jusque dans les rayons de ses magasins.

« Endéans 24 heures, nos magasins seront confrontés à une pénurie de légumes, de fruits, d’eau et de boissons rafraichissantes. Et dans 48 heures, il manquera également des produits laitiers et de la viande », affirme le directeur-général Luc Rogge. « Les dégâts dépendront de la durée de l‘action de protestation ».

Colruyt comprend néanmoins que les producteurs laitiers soient désespérés en raison de l’urgence de leur situation. La chaîne de supermarchés demande aux autorités de prendre des mesures.