Les supermarchés paieront le lait plus cher

Réunis ce mardi matin avec la ministre fédérale de l’Agriculture, Sabine Laruelle, et les ministres régionaux flamand Kris Peeters et wallon Benoît Lutgen, les représentants de la Fédération du secteur de la distribution belge (Fedis) et des producteurs de lait ont conclu un préaccord sur une augmentation des prix. Les magasins et supermarchés se disent prêts à verser davantage aux fermiers pour leur lait. Un groupe de travail sera mis en place.
Les négociations entre les partis concernés par la crise dans le secteur du lait avaient lieu ce mardi matin au cabinet de la ministre fédérale de l’Agriculture, Sabine Laruelle (MR, photo). A la table avaient pris place non seulement des représentants des producteurs de lait et des syndicats d’agriculteurs, mais aussi les ministres régionaux de l’Agriculture, Kris Peeters (CD&V) et Benoît Lutgen (CDH).
Les agriculteurs se plaignent avant tout des prix trop bas qu’ils reçoivent pour leur production de lait. Ils ne parviennent ainsi plus à vendre 100 litres de lait qu’au prix de 18 euros, alors que leur coût de production pour cette quantité se chiffre à 30 euros.

Les représentants de la Fedis et les producteurs sont tombés d’accord sur une hausse des prix qui seront payés par le secteur de la distribution belge pour le litre de lait.

Un groupe de travail sera mis en place. Il devra instaurer un système permettant de dégager des marges à redistribuer aux producteurs de lait. « On réfléchira dès demain aux modalités de ce système, qui devra aboutir pour le 21 juillet au plus tard », a indiqué la ministre Sabine Laruelle. Le groupe de travail se réunira sous la présidence du Service public fédéral Economie.

A l’issue de la réunion, les trois ministres de l’Agriculture ont indiqué avoir pris encore d’autres engagements, comme la définition d’un code de bonnes pratiques et l’analyse du cadre légal belge afin d’envisager une éventuelle transposition du modèle français, qui possède un véritable accord interprofessionnel.

Encore toujours des blocages

Entretemps, les agriculteurs wallons poursuivent leurs actions de protestation devant des centrales de distribution de grands supermarchés. Ce lundi, ils avaient bloqué les camions des supermarchés Colruyt et Delhaize, notamment à Hal, Ghislenghien et Zellik. Certains agriculteurs ont passé la nuit devant ces centrales et poursuivent leur action ce mardi. Ainsi, à Ghislenghien, seul un camion peut quitter la centrale tous les quarts d’heure.

Devant l’Aldi d’Erpe-Mere, par contre, les affiliés au Syndicat des agriculteurs flamands (Vlaamse Boerensyndicaat) ont suspendu leur action. Un accord a pu être conclu avec la chaîne allemande de supermarchés.

« Le premier accord stipule qu’Aldi s’engage à vendre davantage de lait belge dans ses magasins », explique Guy Depraetere du syndicat. « Actuellement, deux tiers du lait vendu par Aldi provient de Belgique. A l’avenir, c’est l’entièreté du lait vendu qui sera belge ».