Peeters promet un budget en équilibre

Le ministre-président flamand sortant et formateur du nouveau gouvernement régional, Kris Peeters (CD&V), a promis au Premier ministre belge que le budget de la Flandre serait en équilibre, mais sans surplus. Herman Van Rompuy (CD&V) a examiné ce mardi avec les formateurs des différents gouvernements régionaux du pays comment le budget fédéral pouvait être sauvé.
Le budget fédéral fait actuellement l’objet de critiques. La crise économique, mais aussi une série d’opérations très coûteuses de sauvetage de certaines banques belges, ont engendré des milliards de dépenses imprévues. A cela vient s’ajouter que de nombreux milliards sont octroyés, de façon structurelle, aux différentes régions.
Conclusion : l’Etat fédéral dispose de moyens toujours plus restreints alors que ses compétences - coûteuses - n’ont pas changé. Et la récession économique n’a certainement pas amélioré sa situation financière.

Si les finances de l’Etat veulent être sauvées, il faudra trouver d’ici 2015 quelque 20 milliards d’euros supplémentaires. Le gouvernement fédéral devra donc réaliser des économies. Le Premier ministre Herman Van Rompuy (photo) demande cependant aussi un effort financier supplémentaire de la part des Régions.

Mais c’est bien là que le bât blesse. Avec les nationalistes de la N-VA au sein du nouveau gouvernement flamand, la Flandre demandera certainement une contrepartie à son soutien financier, comme par exemple une avancée sur le terrain de la réforme de l’Etat.

Quant aux gouvernements de Bruxelles-Capitale, de la Wallonie et de la Communauté française, ils feront certainement comprendre au Premier ministre que leur propre budget se porte mal et qu’ils ne sont pas en mesure de fournir de gros efforts financiers pour soutenir le niveau fédéral.
Ce mardi matin, le formateur flamand Kris Peeters (photo) s’est rendu lui aussi auprès du Premier ministre Van Rompuy. Il n’a voulu lui promettre qu’une chose essentielle : le budget flamand restera en équilibre, mais ne pourra pas présenter de surplus.

« Je pense que le Premier ministre sera très content du fait que la Flandre tendra aussi vite que possible vers un budget en équilibre. Nous n’aurons pas de déficits, mais pas non plus de bénéfices », déclarait le formateur. D’ici 2010, la Flandre devra réaliser des économies de l’ordre de 2 milliards d’euros.