Particules fines : pas de sursis pour la Flandre

La Commission européenne n’a pas accordé aux autorités flamandes le sursis qu’elles demandaient, jusqu’en 2011, pour parvenir à atteindre les normes européennes en matière d’émission de particules fines. La Commission estime que les mesures proposées par la Flandre sont insuffisantes.
Tout comme huit autres pays membres de l’Union européenne, la Belgique avait demandé à la Commission européenne un sursis par rapport à la directive de 2008 sur l’émission de particules fines dans l’air. A certaines conditions très strictes, le respect des valeurs limites pour l’émission de particules fines peut éventuellement être reporté jusqu’en 2011.

Au terme d’une analyse minutieuse des dossiers, la Commission européenne a donné une réponse positive aux requêtes introduites par l’Allemagne, l’Autriche et la Hongrie. Ces trois pays reçoivent un sursis pour certaines zones.
La Belgique n’a donc pas bénéficié du sursis. La Commission européenne estime, notamment, que les mesures proposées par la Flandre pour réduire les émissions de particules fines provenant de l’industrie et de la circulation routière ne sont pas suffisantes. Elle appelle la Belgique à tout entreprendre pour se conformer aussi rapidement que possible aux normes fixées par la directive de 2008 en matière de qualité de l’air.

« Nous devons analyser en profondeur la décision de la Commission européenne et étudier pourquoi notre demande n’a pas été reçue », réagissait la ministre flamande de l’Environnement, Hilde Crevits (CD&V, photo). « Nous verrons ensuite si nous pouvons introduire une demande modifiée ».