Première mondiale dans un hôpital de Genk

L’hôpital du Limbourg occidental (ZOL) a, pour la première fois au monde, implanté chez un patient des cellules de muscle cardiaque cultivées au départ de sa propre moelle osseuse. L’hôpital limbourgeois participe à une étude internationale qui est pilotée depuis les Etats-Unis.
L’étude internationale dirigée depuis les Etats-Unis examine comment la thérapie cellulaire - qui utilise des cellules de la moelle osseuse du patient - pourrait contribuer à soigner un muscle cardiaque endommagé.
A la suite d’un infarctus grave, jusqu’à 50% du muscle cardiaque meurt. Jusqu’à présent, les patients concernés ne pouvaient être soignés que par voie médicamenteuse ou par le placement d’un défibrillateur.

L’injection de cellules cardiaques dans le cœur d’un patient offre donc des perspectives prometteuses. Elle pourrait, à terme, permettre d’éviter une transplantation cardiaque.

L’implantation de cellules musculaires a été réalisée la semaine dernière à l’hôpital de Genk. Le ZOL est le seul hôpital limbourgeois à participer au projet pilote international.

Selon le cardiologue Mathias Vrolix du ZOL, l’étude est prometteuse pour les patients qui possèdent un risque élevé de déficience cardiaque. Il faudra cependant attendre encore au moins un an avant de pouvoir juger si la nouvelle thérapie est réellement couronnée de succès.