Bourgmestre, un métier dangereux

Deux bourgmestres flamands sur trois ont déjà fait l'objet de menaces sérieuses, parfois même de menaces de mort, et bien que la violence physique à leur encontre soit rare, un sur dix en a déjà été victime, selon une enquête réalisée par De Zondag.
Cette enquête est publiée alors que le bourgmestre de Gand (Flandre orientale) Daniël Termont (SP.A, photo) a récemment été frappé au visage par l'un de ses administrés mécontents. L'enquête à laquelle ont participé la moitié des élus concernés, montre que la réalité de leur charge n'est pas toujours rose.
Deux bourgmestres sur trois ont déjà reçu de sérieuses menaces voire des menaces de mort.

Ainsi, les bourgmestres de Gavere (Flandre orientale), Meerhout (Limbourg) et Herent (Brabant flamand) ont ainsi déjà reçu des courriers contenant une balle de revolver. Le bourgmestre de Herent a également déjà trouvé une grenade dans sa boîte aux lettres, enfinquelqu’un a menacé de bouter le feu à la maison du bourgmestre de Poperinge (Flandre occidentale).

Un mayeur sur trois a subi des atteintes à la propriété

Le bourgmestre de Tamise (Flandre orientale) s'est vu menacé de coups de couteau.

Le bourgmestre de Rotselaar (Brabant flamand), Dirk Klaes, a lui été agressé dans un magasin de journaux - une agression dont il est sorti avec deux côtes brisées.

Enfin, un édile sur trois a déjà subi des atteinte à la propriété comme des dégâts à sa maison ou sa voiture, griffes sur la carrosserie ou pneus crevés (plus 20 bourgmestres flamands ou 6%).