Les ministres francophones sont connus

Les nouveaux gouvernements de la Région wallonne, de la Communauté française et de la Région de Bruxelles-Capitale sont maintenant constitués. Les congrès des différents partis ont approuvé mercredi soir l’accord de gouvernement de l’Olivier et les postes de ministres ont été annoncés vers 2h00 du matin. Rudy Demotte reste ministre-président de la Région wallonne et de la Communauté française, et Charles Picqué ministre-président de la Région bruxelloise. Le socialiste Michel Daerden monte au gouvernement fédéral.
Les trois gouvernements de la Région wallonne, de la Communauté française et de la Région bruxelloise voient donc naître l’Olivier, une coalition formée des partis socialiste, démocrate-chrétien et écologiste. Le PS, le CDH et Ecolo sont parvenus cette semaine à un accord de gouvernement pour Bruxelles et la Wallonie, qui a été approuvé mercredi vers 23h00 par les différents congrès de partis.
Les présidents de partis se sont ensuite réunis dans la nuit de mercredi à jeudi, pour décider de la répartition des différents postes de ministres. La liste de ces derniers était rendue publique vers 2h00 du matin. Une majorité des ministres sortants restent en place, mais l’arrivée d’Ecolo dans les gouvernements amène certains nouveaux visages.

Le nouveau gouvernement wallon, qui prêtait serment ce jeudi à Namur, est composé de huit ministres (4 PS, 2 Ecolo et 2 CHD), dont quatre disposent également de compétences à la Communauté française.

La direction des trois gouvernements ne change cependant pas. Rudy Demotte (PS) est ainsi reconduit en tant que ministre-président de la Région wallonne et de la Communauté française, tandis que Charles Picqué (PS) reste ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale. Les deux socialistes (photo) - qui prêtaient serment ce mercredi midi devant le roi Albert II - devront conduire des équipes constituées d’un mélange de ministres expérimentés et de jeunes ministres.

La Région wallonne sans Michel Daerden

A la Région wallonne, le socialiste Jean-Claude Marcourt obtient un rôle-clef. Le Liégeois a été chargé de l’Economie et du Commerce extérieur, et devra notamment mener à bien le second Plan Marshall qui, avec l’arrivée d’Ecolo au gouvernement régional, a reçu une teinte plus verte.
Les écologistes sont d’ailleurs aussi responsables de l’envoi de Michel Daerden (PS, photo) - l’ancien ministre wallon du Budget et grand champion des voix de préférence lors des élections régionales du 7 juin - au gouvernement fédéral. Il devrait y être chargé des Pensions. Ecolo avait en effet estimé que Daerden ne contribuait pas à donner une image de bonne gestion en Wallonie.

Le PS envoie aussi à la Région wallonne les jeunes Paul Furlan et Eliane Tillieux. Ils sont chargés, respectivement, des Pouvoirs locaux et de la Santé. Les démocrates-chrétiens du CDH conservent André Antoine (Budget, Finances, Emploi, Sports) et Benoît Ludgen (Agriculture, Patrimoine, Conservation de la nature) en poste.

Quant aux Verts, ils envoient Jean-Marc Nollet (Energie, Logement, Fonction publique, Alliance emploi-environnement) et Philippe Henry (Aménagement du territoire, Mobilité) au gouvernement régional. Nollet est actuellement encore chef de fraction à la Chambre et devra donc être remplacé dans cette fonction. A la Région wallonne, il devient de surcroît vice-ministre-président.
Au gouvernement de la Communauté française, on retrouve Jean-Claude Marcourt (Enseignement supérieur, photo), Jean-Marc Nollet (Fonction publique, Recherche, Accueil à la petite enfance) et André Antoine (Budget, Finances, Sport, Promotion sociale). Fadila Laanan (PS) conserve ses compétences en matière de Culture, d’Audiovisuel et de Santé. Marie-Dominique Simonet (CDH) est chargée de l’Enseignement obligatoire, tandis qu’Evelyne Huytebroeck (Ecolo) s’occupera de l’Aide à la Jeunesse.

Jean-Charles Luperto (PS) est nommé président du Parlement de la Communauté française, Emily Hoyos (Ecolo) présidente du Parlement de la Région wallonne, et Françoise Dupuis (PS) présidente du Parlement de la Région bruxelloise.

Gouvernement bruxellois sans Guy Vanhengel

Le gouvernement bruxellois a également été formé dans la nuit de mercredi à jeudi. Les ministres flamands n’y sont finalement pas emmenés par le libéral Guy Vanhengel. Pour l’Open VLD, c’est en effet Jean-Luc Vanraes (photo) qui a été chargé du Budget et des Finances. Vanhengel devrait, quant à lui, devenir vice-Premier ministre libéral au gouvernement fédéral - qui sera remanié ce vendredi.
Brigitte Grouwels (CD&V) devient ministre bruxelloise des Travaux publics, tandis que la Mobilité est confiée au Secrétaire d’Etat Bruno De Lille (Groen!).

Du côté des partis francophones, Evelyne Huytebroeck (Ecolo) sera responsable de l’Environnement et de l’Energie, Benoît Cerexhe (CDH) reçoit l’Emploi et l’Economie, le Commerce extérieur et la Recherche scientifique, tandis qu’Emir Kir (PS) reçoit le portefeuille de la Propreté.

Le gouvernement bruxellois accueille aussi un nouveau-venu : Christos Doulkeridis (Ecolo) a été chargé du Logement.

Reste encore le gouvernement fédéral

Maintenant que tous les postes de ministres ont été distribués aux Régions flamande, wallonne et bruxelloise, ainsi qu’à la Communauté française, le Premier ministre Herman van Rompuy (CD&V) devra remodeler son gouvernement fédéral pour ce vendredi matin.

Le départ de Karel De Gucht (Open VLD), qui devient Commissaire européen en succession à Louis Michel (MR), laisse vacant le poste de ministre des Affaires Etrangères. Ce dernier sera très vraisemblablement attribué à l’ex-Premier ministre Yves Leterme (CD&V).

Guy Vanhengel (Open VLD) devrait devenir le vice-Premier ministre des libéraux, tandis que Michel Daerden (PS) devrait reprendre à Marie Arena (PS) le portefeuille des Pensions.

Quant au ministre wallon démissionnaire Philippe Courard (PS), il devrait succéder à Julie Fernandez-Fernandez en tant que Secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées.