La Belgique n’est plus un paradis fiscal

L’OCDE a retiré la Belgique de sa liste grise des paradis fiscaux. Le ministre des Finances, Didier Reynders, a signé hier la 12e convention d’échanges d’informations fiscales nécessaire pour rentrer dans la "liste blanche".
La Belgique est désormais classée parmi les pays qui ont "substantiellement mis en œuvre les standards fiscaux internationaux", a indiqué l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en référence à la catégorie communément appelée "liste blanche".

Elle quitte la "liste grise", qui correspond officiellement aux "pays qui se sont engagés à respecter les standards, mais qui ne les ont pas encore substantiellement mis en œuvre".

Pour rappel, la "liste noire" des "pays qui ne se sont pas engagés à respecter les standards" avait disparu quelques jours à peine après sa publication. Les quatre pays y figurant (Uruguay, Costa Rica, Malaisie et Philippines) s’étaient en effet engagés immédiatement à coopérer plus activement en matière d’échange d’informations fiscales.

La "liste grise", qui compte une quarantaine de pays ou juridictions, devrait elle aussi se vider progressivement, au fur et à mesure que les Etats atteignent le seuil de 12 conventions conformes aux standards de l’OCDE. Avant la Belgique, le Luxembourg avait déjà rejoint la catégorie des pays jugés vertueux.

Avec 11 conventions conclues, les Iles Vierges britanniques et les Iles Caïman devraient leur emboîter le pas. D’autres, comme la Suisse ou Monaco, ambitionnent aussi de refaire leur réputation à brève échéance.