Le fisc aussi consulte Facebook

Via le site internet Facebook ou d’autres sites de réseau social, le fisc belge joue en quelque sorte à « Big Brother » et tient des contribuables à l’œil. C’est en tous ce qu’écrit le quotidien populaire flamand Het Laatste Nieuws. Le ministère des Finances tente ainsi, pour certains contribuables qui sont membres de ces sites, de contrôler si la déclaration d’impôts qu’ils ont rentrée correspond bien au style de vie qu’ils mènent.
Les données divulguées par certains contribuables sur les sites de réseau social ne constituent, en elles-mêmes, pas de preuve, mais elles peuvent donner lieu à des contrôles fiscaux supplémentaires si le fisc estime qu’une personne semble mener un style de vie qui ne correspond pas à ce qu’elle a indiqué dans sa déclaration d’impôts.

Le fisc passe donc au crible les informations et photos que les abonnés divulguent sur des sites de réseau social tels que Facebook ou Netlog. L’administration de l’Inspection spéciale des impôts a confirmé les informations rapportées par le quotidien Het Laatste Nieuws.

« C’est possible, c’est autorisé et cela arrive », affirme le directeur régional de l’Inspection spéciale des impôts, Karel Anthonissen. « Des informations sont parfois glanées via les sites de réseau social, mais aussi surtout via eBay ».