Trois candidats à la reprise d’Opel

Le constructeur automobile General Motors a confirmé lundi avoir reçu trois offres finales pour une participation dans Opel/Vauxhall. Elles émanent de l’équipementier autrichien-canadien Magna, du constructeur automobile chinois BAIC et du holding financier RHJ International basé à Bruxelles.
Ce lundi a vu s’écouler la date butoir pour des candidats qui souhaitaient soumettre au constructeur américain General Motors une offre de reprise d’une grande partie d’Opel et Vauxhall. GM indiquait donc ce lundi avoir finalement reçu trois offres.

La première offre émane du producteur autrichien-canadien de pièces d’équipement automobile Magna, adossé à la banque russe Sberbank. La deuxième provient du constructeur automobile chinois BAIC (Beijing Automotive), et la troisième du holding financier RHJ International basé à Bruxelles. Ce dernier est la filiale belge du fonds américain d’investissement Ripplewood.
General Motors n’a pas divulgué de détails sur le contenu des trois offres qu’il a reçues. Il est cependant clair que les trois candidats à la reprise sont avant tout intéressés par les usines allemandes et britanniques d’Opel et moins par l’usine d’Anvers (photo), où travaillent quelque 2.500 personnes. Le sort de cette fabrique reste donc incertain.

A Opel Anvers, les syndicats ont souligné que General Motors ne déciderait pas seul qui reprendra Opel/Vauxhall. Les offres seront en effet aussi transmises au gouvernement allemand. Il y aura vraisemblablement ensuite une décision commune.