Les fermiers furieux bloquent Bruxelles

Plusieurs centaines d’agriculteurs wallons, se déplaçant à bord de quelque 400 tracteurs, se sont à nouveau rassemblés ce mardi à Bruxelles, pour manifester devant le siège de la Commission européenne où la Commissaire à l’Agriculture Mariann Fischer Boel présentait un bilan de la situation dans le secteur de la production laitière. Les fermiers flamands ne participaient pas à cette manifestation qui a entraîné de larges embarras de la circulation.
Ce n’est pas la première fois que les agriculteurs wallons se rendaient à Bruxelles pour y exprimer leur mécontentement et leur vive inquiétude face à la baisse importante des prix qu’ils perçoivent pour leur production laitière. Depuis fin 2007, ces prix ont diminué de près de 50%, ce qui met en danger la survie de nombreux producteurs.
Plusieurs centaines d’agriculteurs wallons, venus essentiellement du Hainaut, de la province de Namur et du Brabant wallon, se sont rassemblés dès midi dans le Bois de la Cambre, à bord de quelque 400 tracteurs. Sur leur passage, ils avaient entraîné des embouteillages sur les autoroutes E19, E42 et E411 en direction de la capitale. A Bruxelles-même, la petite ceinture entre la Porte de Namur et Rogier, mais aussi la Rue Belliard en direction du parc du Cinquantenaire ont été fermés à la circulation.

Le cortège de tracteurs s’est ensuite rendu vers le quartier européen, pour manifester vers 15h00 devant le siège de la Commission européenne. Pour ce faire, il est passé par une série de grandes artères de Bruxelles.

La Commission refuse de modifier les quotas

Les producteurs de lait ont protesté devant le siège européen à l’occasion de la présentation, par la Commissaire à l’Agriculture Mariann Fischer Boel, d’un rapport dressant un bilan de la situation dans le secteur laitier, et notamment sur le problème des prix à la baisse.

Les grandes lignes du rapport étaient déjà connues depuis lundi, cependant. La Commission européenne a ainsi clairement réitéré son refus de revoir les quotas de production de lait à la baisse ou de les geler. « Comme cela est prescrit dans les conclusions du Conseil européen sur le bilan de santé de la Politique agricole commune, nous ne reviendrons pas sur notre décision de suppression progressive des quotas », a précisé ce mercredi la Commissaire Fischer Boel.
La Commission européenne propose néanmoins une série de mesures d’aide pour le secteur en détresse. Elle débloque pour ce faire plus d’un milliard d’euros.

Elle demande tout d’abord davantage de transparence et d’honnêteté dans la chaîne de production du lait, depuis le producteur jusqu’au rayon de supermarché. La baisse des prix ne se traduit en effet pas à l’avantage des consommateurs, qui boudent le lait.

La Commission réclame également une promotion du lait dans les écoles, un soutien aux agriculteurs dans des régions défavorisées ou d’importance écologique, mais aussi des subsides aux fermiers qui acceptent de cesser la production de lait. L’exécutif européen propose aussi de prolonger les possibilités de stockage et de soutenir les exportations.
Une délégation des agriculteurs wallons a été reçue dans le bâtiment du Berlaymont par la Commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer Boel (photo). Leur entretien a duré une heure environ.

"Nous ne sommes pas convaincus que les mesures que les états membres et les régions pourront prendre pour soutenir l'agriculture permettent de résoudre les problèmes", affirmait Yvan Haye de l'Organisation des agriculteurs wallons (photo, à gauche).

Les agriculteurs  réclament une limitation  de la production laitière, afin de faire grimper les prix. La Commission européenne ne veut pas céder.  "Je ne peux pas donner ce qu'ils demandent", affirmait la Commissaire Fischer Boel. 
Les agriculteurs flamands ne participaient pas, ce mardi, à la manifestation à Bruxelles. Au début du mois de juillet, plusieurs organisations flamandes d’agriculteurs ont en effet signé un accord avec le secteur de la distribution. La Fedis a promis d’octroyer aux producteurs 2 cents supplémentaires par litre de lait vendu. Une mesure jugée suffisante par les agriculteurs flamands, mais pas par leurs collègues wallons.

Vers 19h00, ce mardi, les agriculteurs avaient quitté le parc du Cinquantenaire, où ils s'étaient  rassemblés une heure plus tôt. Les centaines de tracteurs reprenaient le chemin de la Wallonie, sous escorte policière afin de limiter les embarras de circulation.