Kris Peeters veut des précisions sur Opel

Le ministre-président flamand souhaite obtenir davantage d’informations du gouvernement allemand sur le dossier Opel, et notamment sur l’avenir de l’usine d’Anvers. Kris Peeters (CD&V) réagit à des révélations, faites jeudi dans la presse autrichienne, sur les intentions de l’équipementier autrichien-canadien Magna - candidat à la reprise d’Opel/Vauxhall - de fermer l’usine anversoise.
Le magazine économique autrichien Format écrivait ce jeudi - après avoir pu parcourir le plan d’affaires de l’équipementier Magna - que le candidat repreneur autrichien-canadien prévoit de fermer l’usine Opel d’Anvers dès mars 2010. Cette dernière emploie actuellement 2.500 personnes.

« C’est nouveau pour nous », déclare Kris Peeters dans un entretien accordé au quotidien financier belge l’Echo. « Jusqu’à présent, nous croyions que Magna avait d’autres possibilités pour Anvers ».
Le constructeur américain General Motors négocie actuellement avec Magna, mais aussi avec le holding RHJ International établi à Bruxelles, une reprise d’Opel/Vauxhall. A l’encontre de Magna, RHJ avait déjà indiqué d’emblée qu’il projette de fermer à terme l’usine Opel d’Anvers.

Le ministre-président Kris Peeters a affirmé qu’il demanderait des précisions au gouvernement allemand - qui doit également participer à la décision finale sur la reprise d’Opel - sur l’avenir d’Opel Anvers, suite aux révélations dans la presse autrichienne.

Kris Peeters devrait également prendre contact avec les deux candidats repreneurs pour « voir si une alternative est envisageable » et « clarifier » les termes des deux plans d’affaires. Le ministre-président compte aussi envoyer une lettre à la Commission européenne, car il craint que le dossier ne réponde pas uniquement à des paramètres économiques mais aussi politiques, a-t-il déclaré à l’Echo.

« L’Allemagne ayant donné 1,5 milliard d’euros de crédit-relais, les candidats à la reprise ont changé le business plan pour ne pas fermer d’usines allemandes, mais bien le site d’Anvers », affirme Kris Peeters. « Nous sommes convaincus que ce site a des avantages et des outils très positifs d’un point de vue économique ».

Contact prévu avec le gouvernement allemand

Ce vendredi en fin de journée, le gouvernement flamand avait reçu des informations supplémentaires tant de Magna que de RHJ International - les deux candidats repreneurs.

Le ministre-président flamand Kris Peeters aura en outre, lundi, un contact avec des représentants du gouvernement allemand.