Agoria: l'avenir d'Opel Anvers dépend d'une décision politique

Agoria, la fédération de l’industrie technologique appelle le gouvernement flamand a adopter un discours ferme pour tenter de sauver Opel Anvers. L’usine anversoise est menacée par la volonté des autorités allemandes d’épargner un maximum d’emplois en Allemagne estime l’organisation profesionnelle.
Selon Agoria, l’usine anversoise est l’un des sites les plus efficace et flexible de la marque allemande et pourtant c’est celui-là même qui est menacé de fermeture.
Selon la fédération de l’industrie, les deux candidats repreneurs Magna er RHJ Holding sont mis sous pression afin de maintenir les quatre usines allemandes du groupe.

Les autorités allemandes ont promis des subventions importantes en cas de maintien de ces usines. A Berlin l’usine anversoise fait figure de quantité négligeable.

"En ne jugeant pas Opel Anvers à la mesure de ses mérites industriels et économiques, on ne donne pas de chance honnête au site et aux travailleurs" souligne Agoria.
Agoria estime, en effet, que l'avenir de l'usine Opel Anvers dépend d'une décision politique.

Pour la fédération, Opel Anvers devrait «avoir sa place dans n'importe quel business plan sain pour Opel en Europe".

Et elle demande aux autorités flamandes d'avoir un «discours ferme"  vis-à-vis des autorités allemandes et de la Commission européenne qui doivent se prononcer dans ce dossier.

Le ministre-Président flamand Kris Peeters a déjà mentionné qu'il enverrait une lettre à la Commission européenne.