Les Belges boudent les sacs jetables

L'utilisation de sacs jetables diminue drastiquement en Belgique. L'écotaxe prélevée sur ces sacs ne rapporte donc pas grand-chose à l'Etat. Depuis 2003, l'utilisation de ces sacs a diminué de 80%.
Selon le ministre des Finances Didier Reynders (MR),
L’utilisation des sacs jetables a diminué de 80%.

La plupart des grandes surfaces proposent des sacs réutilisables que les clients doivent acheter.

La sénatrice Sabine de Bethune (CD&V) demande une interdiction totale de ces sacs, mais pour le ministre des Finances Didier Reynders, ces revenus en baisse prouvent que le consommateur a changé son comportement. Il estime donc superflue une interdiction totale de ces sacs.

Sous Verhofstadt II

La taxe environnementale sur ces sacs était une idée de l'ancien ministre de l'Environnement Bruno Tobback (SP.A).

Confronté à un trou dans le budget, le gouvernement Verhofstadt II voulait trouver de nouvelles sources de recettes au printemps 2007.

A la base, cette taxe sur les emballages devait rapporter 600 millions d'euros par an, mais ce chiffre a ensuite été ramené à 130 millions d'euros.

La taxe sur les sacs jetables en plastique n'a pas manqué son but officiel.

Les six derniers mois de 2007 (la taxe était entrée en vigueur le 1er juillet), les caisses de l'Etat s'étaient remplies de 400.000 euros grâce à cette mesure.

En 2008, ce montant avait triplé à près de 1,2 million d'euros. Sur les cinq premiers mois de 2009, l'écotaxe a rapporté 192.510,46 euros.

Le gouvernement ne s'attend donc à engranger que quelques centaines de milliers d'euros.