Les évadés de Bruges ont commis des braquages

Ashraf Sekkaki et ses complices Abdel Had Kahjary Melloul et Mohammed Johri, qui se sont échappés le 23 juillet de la prison de Bruges (Flandre occidentale) à bord d’un hélicoptère, auraient déjà commis depuis plusieurs attaques à main armée dans de petites agences bancaires à Anvers et en Campines. Sekkaki et Kahjary Melloul ont en tous cas pu être identifiés sur les images filmées par une caméra de surveillance d’une des agences dévalisées.
Au début de cette semaine, quatre attaques à main armée étaient perpétrées dans de petites agences bancaires à Anvers, Wuustwezel, Oud-Turnhout et Retie, dans la région anversoise et de Campines.

Lors de chaque attaque, deux hommes au visage découvert sont entrés en trombe dans l’agence, y ont menacé les employés avec un pistolet et sont ressortis en emportant une somme importante d’argent. Ils se sont ensuite enfuis à bord d’une petite voiture noire. Le butin rassemblé au cours de ces quatre attaques se chiffrerait à 100.000 euros.
Ce vendredi, on annonçait déjà qu’un employé d’une des banques dévalisées avait reconnu les braqueurs comme Ashraf Sekkaki et Abdel Had Kahjary Melloul, deux des trois détenus qui se sont échappés le 23 juillet dernier, de façon spectaculaire (photo), de la prison de Bruges.

Il semble maintenant que les images d’une des caméras de surveillance de l’agence à Retie aient permis de reconnaître clairement Sekkaki et Kahjary Melloul. Le troisième évadé, Mohammed Johri, se serait trouvé au volant de la voiture noire qui a servi aux gangsters à prendre la fuite à la suite des holdups. La jeune femme qui avait aidé le trio à s’échapper à Bruges n’a pas été remarquée lors des attaques de banques.

Les quatre braquages ont eu lieu lundi et mardi. Depuis, les trois évadés ne se sont plus manifestés. Il semble qu’ils aient eu besoin d’urgence d’argent, et sont donc toujours en cavale. Les parquets qui suivent le dossier se refusent pour l’instant à tout commentaire.

Le 24 juillet, Interpol annonçait avoir envoyé une « notice orange » à ses 187 pays membres pour faciliter l’arrestation des trois détenus. Ashraf Sekkaki est considéré comme l’un des criminels les plus dangereux de Belgique.