Trois alpinistes flamands se tuent au Pérou

Les deux hommes et la jeune femme, âgés d’une vingtaine d’années, ont fait une chute de 150 mètres alors qu’ils escaladaient un sommet de plus de 6.000 mètres dans la Cordillère Blanche. Ils effectuaient un stage d’alpinisme au Pérou, mais étaient déjà réputés pour leur expérience.
Les trois jeunes Flamands étaient au Pérou depuis quelques semaines et avaient déjà effectué l’escalade de plusieurs sommets dans les Andes. Dimanche, ils avaient mis le Tocllaraju (photo) à leur programme. Ce sommet de 6.032 mètres de haut fait partie de la Cordillère Blanche, une chaîne de montagnes située au centre du Pérou.

Pendant leur ascension, les trois jeunes alpinistes ont effectué une chute de 150 mètres de haut, et cela bien qu’ils aient été encordés, comme l’ont confirmé les autorités péruviennes. Cette chute leur a été fatale.

Les trois jeunes gens étaient des alpinistes expérimentés. Ils participaient au Pérou à un projet pour jeunes alpinistes de la Fédération flamande des sports d’escalade et de montagne. Les circonstances exactes de leur chute tragique ne sont pas encore connues.

Ce n’est pas la première fois que des alpinistes se trouvent dans des situations dangereuses dans les Andes péruviennes. L’an dernier, deux Belges y étaient restés coincés pendant 4 jours, avant de parvenir finalement à redescendre seuls dans la vallée.

Un alpiniste belge renonce au sommet du K2

L’alpiniste flamand Wim Smets n’est, quant à lui, pas parvenu à atteindre le sommet du K2 dans l’Himalaya et a abandonné ses essais.

Le Mont Godwin-Austen, ou K2, s’élève à plus de 8.611 mètres d’altitude dans la chaîne montagneuse de Karakorum, sur la frontière sino-pakistanaise, et est le deuxième plus haut sommet au monde après le Mont Everest. C’est aussi l’un des sommets les plus difficiles et les plus dangereux à escalader. Seuls 300 alpinistes sont jamais parvenus à son sommet.

Smets - qui voulait être le premier Belge à réussir cet exploit - aurait dû effectuer ce mardi la montée vers le sommet du K2, mais il a abandonné sa tentative à 7.700 mètres de haut.

Il n’est pas encore clair pourquoi l’alpiniste flamand est retourné vers le camp n°3, à 7.200 m de hauteur. Il se peut que le vent soufflait trop fort ou que la neige était trop profonde. Smets redescendra mercredi vers le camp de base.