Sekkaki localisé dans la région de Berkane au Maroc

Ashraf Sekkaki, le dernier des trois malfaiteurs évadés de Bruges encore en fuite a été localisé dans la région de Berkane, dans l'est du Maroc, près de la frontière de l'Algérie.
Ashraf Sekkaki, 25 ans, décrit comme "un des criminels les plus dangereux de Belgique" par Interpol, s'était spectaculairement évadé le 23 juillet dernier à bord d'un hélicoptère de la prison de Bruges en compagnie de deux autres dangereux malfaiteurs, Abdelhaq Melloul Khayari et Mohammed Johry.
Les trois hommes possèdent la nationalité marocaine, selon Interpol.

"Ashraf Sekkaki a pu dans la nuit de mercredi à jeudi prendre la fuite à Berkane en abandonnant une voiture lors d'un coup de filet de la police qui avait permis l'arrestation de Mohammed Johry", a expliqué à l'AFP cette source sous couvert d'anonymat.

Cette interpellation a eu lieu jeudi à 01H00 à Berkane, une ville marocaine située à quelque 40 km de la frontière algérienne.
Ashraf Sekkaki est le seul évadé encore en fuite. Abdelhaq Melloul Khayari avait été le premier à être interpellé dimanche dernier par les unités spéciales de la police fédérale à Molenbeek.

Selon la police marocaine, Mohammed Johry et Ashraf Sekkaki sont entrés au Maroc le 4 août via le port de Nador avant de se diriger à Berkane où ils ont séjourné pendant 24 heures dans un des hôtels de la ville.

"Ashraf Sekkaki a franchi la frontière marocaine en provenance d'Espagne à bord d'un véhicule sous la fausse identité d'Alain Belaser", a précisé à l'AFP une autre source sécuritaire.

Blessé et activement recherché

Selon la VRT-radio Sekkaki et Johri se rendaient dans leur famille lorsqu'ils ont été arrêtés à un barrage.

Sekkaki auraient foncé avec son véhicule et aurait écrasé quelqu'un il aurait ensuite pris la fuite dans la montage. Il serait blessé à l'épaule et aux genoux.

Une équipe spéciale de la police judiciaire en provenance de Casablanca se serait rendue sur place afin de fouiller la région.

Johri ne sera pas livré à la Belgique

Mohamed Johri, interpellé jeudi au Maroc, ne sera pas extradé vers la Belgique, a indiqué vendredi le parquet brugeois.

Les autorités marocaines et belges se sont mis d’accord sur le sujet. L’homme sera jugé au Maroc pour les faits qui ont trait à l’évasion, la prise d’otage et les attaques de banques.

Le dossier déjà constitué en Belgique sera transmis aux enquêteurs marocains.

Si son complice Ashraf Sekkaki, qui est toujours en fuite, est lui aussi appréhendé au Maroc, il aura droit au même traitement.