Aide belge aux banques pour 92% du PIB

La Commission européenne a donné son feu vert à des plans publics d’aides aux banques européennes touchées par la crise, représentant au total 31,2% du produit intérieur brut (PIB) de l’Union. En Belgique, les aides autorisées représentent 92% du PIB national.
Depuis le début de la crise financière, la plupart des pays de l’Union européenne ont octroyé à leurs banques des aides directes ou des garanties publiques. Pour éviter une concurrence déloyale, la Commission européenne vient de fixer par pays membre le montant maximum des aides.
La Belgique se voit ainsi autorisée à octroyer jusqu’à 92% de son PIB en aides à des banques ou groupes d’assurance en difficulté. Ceci représente 300 milliards d’euros d’aides d’Etat directes et 2.900 milliards d’euros de garanties publiques.

Jusqu’à présent, les autorités belges n’ont cependant versé aux banques et assurances que des montants représentant 26,7% du PIB national. La plupart du temps, ces aides ont été allouées sous forme de garanties publiques. Une grande partie de l’argent n’a donc pas été dépensé. Le chiffre de près de 27% du PIB recouvre cependant aussi des injections de capital et des rachats d’actifs douteux.

Les autorités fédérales et flamandes ont non seulement nationalisé la banque Fortis, mais aussi accordé des aides et garanties aux banques et assureurs Dexia, KBC et Ethias.