Bornem a accueilli 10.800 randonneurs

Un nombre record de participants s'étaient présentés vendredi soir à la 40e édition de la "Randonnée de la mort", qui traverse les provinces d’Anvers, du Brabant flamand et de Flandre orientale, aux alentours de la ville de Bornem (province anversoise), sur un total de 100 kilomètres. Les abandons ont cependant été nombreux. Seuls 6.500 marcheurs ont effectivement passé la ligne d’arrivée.
L’événement sportif annuel tient son nom - Dodentocht ou "Randonnée de la mort" en français - de la difficulté de l’épreuve. Pour parcourir les 100 kilomètres de promenade, chacun choisit son rythme : la course ou la marche. La randonnée accueille également de nombreuses personnes en chaise roulante. Le parcours doit être effectué en moins de 24 heures.

Ces dernières années, l’événement semble gagner en popularité. Ainsi, en 2007, près de 9.000 personnes avaient pris le départ à Bornem. Ce vendredi soir, ce sont 10.793 randonneurs qui s'étaient présentés à la ligne de départ, à 20 heures Un record jusqu’ici.

La nuit fraîche avait cependant surpris de nombreux marcheurs, et samedi les températures ont progressivement grimpé jusqu’à plus de 25 degrés, ce qui a rendu la randonnée plus ardue encore. Vers 10h00, samedi matin, quelque 2.600 marcheurs avaient déjà abandonné l’épreuve, alors que 100 autres passaient la ligne d’arrivée au terme de 100 km de promenade.
A 21h00 ce samedi, au moment de la fermeture de l'épreuve, près de 6.500 marcheurs avaient effectivement passé la ligne d'arrivée et donc reçu un ananas en récompense (photo principale).

Le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V) participait aussi à l’épreuve jubilaire. Il a terminé l'épreuve à 20h36, alors que vers 11h00 du matin, il avait déjà effectué 65 kilomètres.

« Nous avons distribué quelque 20.000 litres d’eau sur l’ensemble des postes de ravitaillement », expliquait l’organisateur Harry De Ceulaerde. « L’épreuve est surtout difficile le long des quais de l’Escaut. En général, quelque 60% des participants passent la ligne d’arrivée ».

La Croix Rouge présente sur les lieux a eu un peu plus de travail que les années précédentes, notamment en raison de la chaleur de ce samedi. Les quelque 300 volontaires ont utilisé 5,5 kilomètres de bandages pour soigner les randonneurs meurtris.