Anderlecht a subi la loi du plus fort à Lyon

L'Olympique Lyonnais a écrasé Anderlecht 5-1, mercredi soir, en match aller du quatrième et dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions.
Le constat est cruel Lyon était supérieur et Anderlecht a déçu. A moins d’un miracle mardi prochain, les Bruxellois devront se contenter de l’Europa League.
L’Olympique Lyonnais domina d’entrée de jeu, le Luxembourgeois Pjanic surpris Proto sur coup-franc dès la 9-ème minute.

Le Sporting réagissait et sur un centre de Gillet, Suarez eut un contact avec le gardien Lloris et demanda un penalty ce qui fut refusé par l'arbitre;
 
Lopez fila en contre et fut accroché dans le rectangle par Wasilewskile dernier rempart anderlechtois. L’arbitre allemand accorda cette fois un penalty aux Français.

L'Argentin se fit justice lui-même en convertissant le coup de réparation, pour doubler l'avantage des siens.
Anderlecht n'était pas pour autant au bout de son calvaire. Le Brésilien Bastos, servi sur son flanc droit, rentra dans le jeu avant de décocher un superbe tir qui fit mouche via le piquet à la 39ème.

Le marquoir passa ensuite à 4-0 au terme d'une brillante manœuvre ponctuée par Gomis, qui fusilla Proto de près à la 42-ème.

Suarez sauve l'honneur

Condamné à réagir en seconde période, Ariel Jacobs fit directement monter Legear à la place de Gillet. Un changement qui apporta du danger devant le but français puisque le médian anderlechtois se créa d'emblée une occasion qu'il galvauda en plaçant le ballon à côté.
Anderlecht parvint toutefois à réduire la marque à la 58-ème minute grâce à un bel effort de Suarez qui prit le meilleur sur Bodmer, avant d'aller battre Lloris.

Gomis rétablit cependant tout de suite l'écart sans aucune opposition, en effaçant simplement Proto (63-ème): 5-1.

Les deux entraîneurs effectuèrent encore plusieurs changements au cours du dernier tiers de la rencontre avec du côté bruxellois, la montée du jeune Lukaku.

Mais celui-ci, au même titre, que ses équipiers, ne créa plus de réel danger devant Lloris.

C'est même plutôt de l'autre côté du terrain que se déroula l'essentiel du jeu avec plusieurs occasions nettes pour les Lyonnais.

Mais ceux-ci les gaspillèrent  en se heurtant à quelques bonnes interventions de Proto, et le score (5-1) n'évolua plus.

La défense anderlechtoise, considérée depuis toujours comme le point faible de l'équipe d'Ariël Jacobs, aura ainsi effectivement encaissé 8 buts en deux déplacements lors de cette phase préliminaire: trois à Sivasspor (3-1) et cinq à Lyon (5-1).

Le match-retour, sans espoir, aura lieu mardi prochain (20h45) au Stade Constant  Vanden Stock.

Van Holsbeeek: "notre place est en Europa League"

Après cette sévère défaite, le manager d'Anderlecht Herman Van Holsbeeck est resté sobre dans son analyse. "La vitesse d'exécution de Lyon était trop grande pour nous", a déclaré Van Holsbeeck au micro de Sporza.
"Nos onze joueurs devaient s'arracher au-delà de leur niveau mais ça ne s'est pas produit. Ce n'était pas bon mais ce Lyon est aussi un club du sommet en Europe."

"Nous ne sommes pas habitués à jouer ce genre de match" a remarqué Van Holsbeeck.

"C'était un rythme que nous ne connaissons simplement pas. A la pause, les rêves étaient déjà enterrés."

Anderlecht était cependant en confiance après le 9 sur 9 réalisé en championnat et la victoire 5-0 face à Sivasspor. "C'est le minimum. Il ne faut pas arriver ici en équipe vaincue. Sinon, on est mal parti."

"Notre niveau n'est pas celui de la Champions League, mais bien celui de l'Europa League", a conclu le manager. "Nous devons tirer les leçons de cette défaite mais nous ne devons pas non plus oublier tout le positif des rencontres précédentes".

"Si nous allons vendre de joueurs maintenant? Que celui qui le veut s'en aille mais il faut d'abord bien réfléchir à ce qui s'est passé ici."