Le chenal de l’Escaut creusé "sans prendre de retard"

Le chenal de l'Escaut occidental, dont l'approfondissement est crucial pour le développement du port d'Anvers, sera creusé "sans prendre de retard", a déclaré à La Haye le ministre néerlandais des Affaires étrangères.
"Vous pouvez partir du principe que le chenal de l'Escaut occidental sera creusé sans prendre de retard", a déclaré Maxime Verhagen lors d'une conférence de presse à l'issue d'un déjeuner de travail avec son homologue belge, Yves Leterme.

Le Conseil d'Etat néerlandais, saisi par des organisations de défense de la nature, avait interdit le 28 juillet les travaux de dragage et d'élargissement du chenal, quelques jours avant qu'ils ne débutent, provoquant des craintes en Belgique pour le développement du port d'Anvers.
"Le gouvernement prendra à très court terme une décision qui doit permettre de mettre en œuvre le traité signé en 2005 et qui prévoyait ces travaux", a ajouté M. Verhagen. Les inquiétudes de la Belgique sont "prises très au sérieux", a-t-il assuré.

La Belgique a déjà entamé les travaux sur le chenal qui traverse les deux pays. Ils doivent permettre à des porte-conteneurs de grande capacité d'atteindre Anvers, deuxième port d'Europe après le port néerlandais de Rotterdam.

La coopération entre les deux pays, qui ont l'habitude d'adopter des positions communes sur nombre de dossiers de politique internationale, "est mise à l'épreuve par le dossier de l'approfondissement de l'Escaut", a reconnu Yves Leterme, qui a pris acte des intentions du gouvernement néerlandais.