L’armée pourrait dire "non" au ministre de la Défense

Le général Charles-Henri Delcour, chef de la Défense, se serait dit prêt à mettre son "veto" à toute nouvelle demande du ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), qui viserait à déployer de nouvelles forces à l'étranger, ou à amplifier quelque mission existante.
Le geste serait "d'une extrême gravité", souligne-t-on dans le milieu. "Un tel veto, cela ne s'est jamais produit. L'armée qui dit non à son politique de tutelle, ce serait une première..."

Le général Delcour a fait part de cette menace devant trois représentants des organisations syndicales le 16 juillet dernier, lors d'une réunion de crise.

"Un veto, ce serait un camouflet pour le politique, singulièrement pour le ministre responsable", commente Patrick Descy, permanent CGSP.

"Ca situe bien la situation dans laquelle on se trouve. Le général a peur d'envoyer des gens au casse-pipe. Déjà que nos militaires à l'étranger vont manquer d'équipements...".