Des militaires d'extrême droite licenciés

La Défense n'a pas attendu le procès des anciens membres du groupe d'extrême droite Blood, Bodem, Eer, Trouw (BBET) pour licencier les quatre prévenus principaux
Le noyau dur du BBET, un groupuscule dissident de Blood & Honour, projetait des attentats dans le but de déstabiliser le pays. Les cibles étaient notamment Filip Dewinter (Vlaams Belang) et la Banque Nationale.
Vingt et un suspects avaient été interpellés début 2006.

Quelque 300 armes avaient été découvertes lors de perquisitions. Depuis, une enquête a été menée et le parquet fédéral a demandé le renvoi de 21 militaires et citoyens devant le tribunal correctionnel.

La Défense refuse de préciser l'identité des militaires licenciés.

"Il s'agit des prévenus principaux, des militaires contre qui des preuves irréfutables ont été rassemblées", explique-t-on. Le sort des autres militaires sera décidé plus tard, après le procès.

La date du procès est encore incertaine.

La Cour de cassation doit d'abord se prononcer le 13 octobre sur la question des techniques d'infiltration et d'observation. Elle doit indiquer si tout s'est correctement déroulé