Police et jeunes s’affrontent à Molenbeek

De lourdes échauffourées ont eu lieu ce jeudi soir et dans la nuit de jeudi à vendredi dans la commune bruxelloise de Molenbeek-St-Jean. Les incidents ont débuté alors que des policiers voulaient interpeller un jeune de 14 ans qui avait provoqué la police les jours précédents. Neuf agents ont été blessés. Le bourgmestre Philippe Moureaux a annoncé un renforcement des forces de l'ordre pour ce week-end. Certains événements prévus seront annulés.
Les incidents violents ont débuté ce jeudi, vers 19h00, alors que des agents de police s’étaient rendus au domicile d’un jeune de 14 ans, dans la commune bruxelloise de Molenbeek-St-Jean, pour l’interpeller. Quelques jours auparavant, l’adolescent avait provoqué les forces de l’ordre.
Une discussion animée a alors éclaté avec la famille du jeune, et une vingtaine d’amis sont venus s’y joindre pour tenter d’empêcher l’arrestation de l’adolescent. Lorsque certains membres du groupe ont commencé à jeter des cailloux en direction des policiers, ces derniers sont rentrés au commissariat avec le jeune qu’ils venaient d’interpeller.

Peu après, la famille de l’adolescent s’est postée devant le commissariat, avec une soixantaine de personnes. Des pierres ont été lancées vers le bâtiment et deux agents ont été blessés.

La police de cette zone de Bruxelles a alors fait appel au renfort de collègues d’autres zones, de deux autopompes et d’un hélicoptère de la police fédérale. La police a également chargé, alors que des voitures de police étaient endommagées. Le calme a ainsi pu être ramené aux alentours du commissariat.

Mais les échauffourées se sont ensuite déplacées dans les quartiers de la Rue Ribeaucourt et de l’Avenue Léopold II, où des groupes d’une dizaine de jeunes ont défié les policiers. La police avait entretemps fait appel à une centaine d’agents, qui ont procédé à des interpellations et finalement pu rétablir l’ordre dans la commune bruxelloise, vers 2 heures du matin.

Cinq jeunes étaient ainsi interpellés. Deux majeurs d'âge et le jeune de 14 ans qui avait été interpellé en début de soirée par la police ont eux été mis à disposition du parquet.

L'adolescent devait comparaître ce vendredi devant le juge d'instruction.

« Trop peu de patrouilles »

Ce n’est pas la première fois que des échauffourées éclatent dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Ces derniers mois, des tensions ont régulièrement éclaté entre des jeunes et la police, essentiellement dans les communes bruxelloises d’Anderlecht et Molenbeek.

Dans certains quartiers, la présence de voitures de police est considérée comme une provocation. Souvent, des agents sont insultés ou bombardés de pierres par des jeunes.

« Lorsque nous rentrons au commissariat, le chef de police demande alors souvent s’il était vraiment nécessaire de se rendre dans ces quartiers et ce que nous y faisions. Je comprends que de nombreux agents ne veulent plus retourner dans ces quartiers », affirme Philip Van Hamme du syndicat de police NSPV. Il y a ainsi moins de patrouilles dans les rues.

En cas d’urgences, comme celle de ce jeudi soir, une réserve de la police fédérale peut venir en renfort. Selon le syndicat de police, cette réserve ne compte cependant pas suffisamment d’agents. Le NSPV réclame donc davantage d’aide de la police fédérale.

Philippe Moureaux reconnait une situation de crise

Le bourgmestre de Molenbeek-St-Jean, Philippe Moureaux (PS, photo), admet que sa commune connait une situation de crise, notamment dans le quartier maritime. Il affirme également que la situation ne peut être tolérée, face à un groupe de personnes qui veut  déstabiliser un quartier.

Pour ce week-end, des agents de la police fédérale supplémentaires seront envoyés sur le terrain, pour le cas où de nouveaux incidents éclateraient.

Plusieurs événements qui étaient prévus pour le week-end dans la commune, notamment à l'occasion du "Dimanche sans voitures", seront annulés par mesure de sécurité.