Climat : la Belgique déplore l’absence de chiffres américains

Les deux ministres belges participant au sommet des Nations Unies sur le réchauffement climatique, Yves Leterme et Paul Magnette, ont regretté mardi la "prudence" du président américain Barack Obama.

Ce dernier s'est en effet abstenu de citer un nouvel objectif chiffré pour les émissions américaines de gaz à effet de serre.

Le ministre des Affaires étrangères, Yves Leterme (photo), a salué la démarche volontariste du président américain, mais il a regretté que "l'on ait pas eu droit à un objectif chiffré".
 

Barack Obama n'a fait, à la tribune des Nations Unies, que rappeler son objectif de ramener les émissions américaines de gaz à effet de serre à leur niveau de 1990 d'ici à 2020.

Le président américain a assuré qu'il était déterminé à agir contre le réchauffement climatique, mais a reconnu que le plus dur restait à faire d'ici le sommet de Copenhague en décembre.

Yves Leterme a néanmoins exprimé l'espoir que l'administration américaine formule de nouvelles propositions pour lutter contre le réchauffement climatique d'ici Copenhague, où à Copenhague.