“Mesures économiques contre les Pays-Bas”

Au cours d’une réunion entre entrepreneurs et politiciens à Middelburg, en Zélande, l’échevin du Port anversois, Marc Van Peel (CD&V), s’est montré très critique envers les Pays-Bas qui n’ont pas encore entamé les travaux d’approfondissement de l’Escaut occidental. L’échevin menace d’introduire d’ici peu des mesures économiques contre les Pays-Bas, si ces derniers continuent à reporter les travaux qui sont d’une importance capitale pour l’avenir du port d’Anvers.

Marc Van Peel (photo) estime que le temps des menaces est passé. « Nous devons maintenant adopter des mesures économiques à l’encontre des Pays-Bas », affirmait l’échevin du Port anversois lors d’une réunion entre des entrepreneurs et des personnalités politiques à Middelburg, en Zélande.

De nombreux Flamands n’assistaient pas à cette réunion, en protestation contre le retard pris par les Pays-Bas dans les travaux d’approfondissement de l’Escaut.

Entretemps, les bateliers qui font route depuis les Pays-Bas vers le Canal Albert ou vers une entreprise de transbordement à Willebroek semblent être les dupes de la dispute entre la Belgique et les Pays-Bas au sujet de l’approfondissement de l’Escaut. Ils doivent en effet maintenant faire un détour via l’Escaut.

L’échevin Van Peel nie cependant que cette nouvelle mesure ait été adoptée pour accroître la pression sur les Pays-Bas afin de voir débuter les travaux d’approfondissement.
 

La date limite pour le début des travaux avait été fixée au 9 octobre prochain. Marc Van Peel affirme que de véritables mesures économiques seront prises envers les Pays-Bas, si ces derniers n’ont pas encore pris de décision à propos de l’approfondissement d’ici le 9 octobre.

Les entreprises portuaires anversoises commencent, elles, à introduire des réclamations de dommages et intérêts à hauteur de millions d’euros, estimant qu’elles encourent des pertes importantes tant que l’approfondissement de l’Escaut n’a pas été réalisé.