La Belgique veut envoyer Michel à l’ONU

La diplomatie belge a lancé ce mercredi une campagne de soutien à la candidature de son ancien ministre des Affaires Etrangères, Louis Michel (MR), à la présidence de l’Assemblée générale des Nations Unies pour la période 2010-2011. L’ancien commissaire européen à la Coopération au développement et actuel député européen libéral a néanmoins un concurrent, le Suisse Joseph Deiss.

La prochaine présidence de l’Assemblée générale des Nations Unies, pour la période 2010-2011, devrait être allouée à une personnalité émanant du groupe des pays de l’Europe occidentale.

Jeudi dernier, la Suisse présentait la candidature officielle de l’ancien ministre des Affaires Etrangères de la Confédération helvétique, Joseph Deiss.

Ce mercredi, le gouvernement belge proposait à son tour la candidature de son ancien ministre des Affaires Etrangères, le libéral francophone Louis Michel. Ce dernier aurait des chances sérieuses d’être élu au poste de président de l’AG de l’ONU. Cette présidence devrait débuter le 15 septembre 2010 et prendre fin un an plus tard.

L’idée d’envoyer Louis Michel aux Nations Unies émane de l’ancien ministre des Affaires Etrangères, le libéral flamand Karel De Gucht. Elle a été soutenue par son successeur, l’actuel chef de la diplomatie belge Yves Leterme (CD&V), qui a affirmé ce jeudi à Bruxelles avoir déjà reçu le soutien « unanime » des Pays-Bas et du Luxembourg.

Le Parti socialiste francophone et les humanistes du CDH se sont montrés moins enthousiastes face à cette candidature, mais ont finalement apporté leur soutien à Louis Michel.
 

Homme de réputation internationale

Le ministre d’Etat francophone Louis Michel (62 ans) - qui s’exprime également couramment en néerlandais - s’est bâti une solide réputation internationale. Après avoir été longtemps le président des libéraux francophones (MR), Michel est devenu en 1999 ministre des Affaires Etrangères et vice-Premier ministre au sein du premier gouvernement du libéral flamand Guy Verhofstadt.

En 2004, il fut désigné commissaire européen à la Coopération au développement, un poste dont il passait la succession il y a quelques semaines au libéral flamand Karel De Gucht. Louis Michel est aujourd’hui député au Parlement européen.

Si Louis Michel était élu à la présidence de l’Assemblée générale des Nations Unies, il deviendrait le premier Belge à occuper cette fonction depuis Paul-Henri Spaak en 1946. Spaak avait été le premier président de l’Assemblée générale de l’ONU.