Dexia supprime 445 emplois en Belgique

Le groupe bancaire franco-belge compte supprimer 602 emplois d'ici fin 2011 dont 445 en Belgique. Cette nouvelle vague de suppression d'emplois vient s'ajouter à celle prévoyant la disparition de 907 emplois cette année.

La direction a confirmé cette information lors d'un conseil d'entreprise européen. Ces nouvelles suppressions s'inscrivent dans le cadre du plan d'économies annoncé en novembre 2008, qui doit permettre de réduire en trois ans les coûts de la banque à hauteur de 600 millions d'euros.

En Belgique, 250 emplois devraient disparaître dans les fonctions informatiques et back office et 150 dans la banque commerciale et de réseau.

Plus tôt dans l'année, Dexia avait déjà annoncé la suppression de 907 emplois, dont un peu moins de 700 en Belgique. A ces chiffres viennent donc s'ajouter 602 nouveaux licenciements, probablement d'ici 2011. 

La Belgique est le pays le plus touché par cette restructuration, avec 445 emplois supprimés. Au Luxembourg ils se dénombrent à 143. Seuls 14 emplois sont touchés en France.

La direction espère que le "dialogue social qui a toujours existé chez Dexia" sera respecté. Elle a indiqué qu'elle tentera d'éviter de procéder à des licenciements secs. 

En Belgique, 15.000 personnes travaillent pour Dexia, qui emploie au total 35.500 salariés. 

Passée au bord du dépôt de bilan fin septembre 2008, au plus fort de la crise financière internationale qui a suivi la faillite de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers, Dexia avait alors bénéficié d'une injection de 6,4 milliards d'euros des Etats belge, français et luxembourgeois. Les trois Etats s'étaient également engagés à garantir les emprunts de la banque sur les marchés.