Solvay vend son secteur pharmaceutique

Le groupe chimique et pharmaceutique belge Solvay a annoncé officiellement, ce lundi, la vente de la totalité de ses activités pharmaceutiques à la société américaine Abbott. Le groupe actif dans le secteur des soins de santé déboursera 5,2 milliards d’euros pour la transaction, qui prévoit en outre le transfert de tous les salariés des activités pharmaceutiques, y compris les 405 personnes actives en Belgique.

La vente de la branche pharmaceutique du groupe belge s’inscrit dans une opération de réorientation de Solvay. Le groupe souhaite en effet se recentrer sur ses activités de base, comme la chimie, et vise également des extensions vers les pays en pleine croissance.

Le géant de la chimie Solvay est également actif, depuis les années 1970, dans le secteur pharmaceutique et avait repris notamment l’entreprise de biotechnologie Innogenetics, à Gand (Flandre orientale). Solvay affirme cependant que sa section chimique était trop restreinte que pour pouvoir faire concurrence aux grands acteurs du secteur, tels que le groupe médical américain Abbott.

La vente se fait à hauteur d’une valeur d’entreprise totale de 5,2 milliards d’euros. Elle comprend un prix d’achat de 4,5 milliards, ainsi que des versements additionnels potentiels jusqu’à 300 millions d’euros.

Abbott reprend également certains engagements financiers que Solvay évalue à environ 400 millions d’euros.

Pas de changement pour le personnel

La transaction ne devrait rien changer pour le personnel de Solvay Pharmaceuticals. L’accord de revente prévoit en effet le transfert de tous les salariés des activités pharmaceutiques, dans leurs conditions actuelles d’emploi.

Solvay Pharma emploie aujourd’hui 9.000 personnes dans le monde, dont 405 en Belgique. Quelque 135 employés travaillent au siège central de Solvay Pharmaceuticals à Bruxelles. Les 270 autres sont actifs sur le site d’Innogenetics à Gand.

La transaction devrait être clôturée au cours du premier trimestre de l’an prochain, sous réserve de l’approbation des autorités de la concurrence concernées.