“Seule solution, les facteurs de quartier”

« L’introduction de facteurs de quartier est notre seule solution », affirme l’administrateur-délégué de La Poste, Johnny Thijs. Il réagit ainsi au mécontentement grandissant du personnel à propos des projets de son administration de remplacer progressivement une partie des facteurs par des porteurs de courrier. L’action de grève s’étend lentement. Johnny Thijs affirme cependant que La Poste n’a pas d’autre solution pour survivre après l’ouverture du marché en 2011.

Ces derniers jours, des facteurs ont interrompu le travail en divers endroits du pays. Ce mardi matin, ils étaient rejoints par des collègues employés dans les communes de Kraainem, Laken, Ixelles et quelques localités en Brabant wallon.

Les facteurs entendent ainsi protester contre le projet de la direction de La Poste de remplacer progressivement certains d’entre eux par des « porteurs de courrier ». Ces travailleurs contractuels seront chargés de distribuer une partie du courrier en échange d’un salaire moins élevé que celui des facteurs. Les syndicats craignent que cette mesure ne conduise à des pertes d’emplois.
 

« Si nous n’engageons pas ces porteurs de courrier, La Poste n’aura plus d’avenir », affirme la direction. « Les volumes de courrier continueront à diminuer, cela ne fait pas de doute. Mais le marché sera ouvert à la concurrence dès janvier 2011. Notre seule solution pour y faire face est d’introduire graduellement des porteurs de courrier et d’adapter notre organisation de travail actuelle », précise Johnny Thijs.

Les syndicats refusent cependant de s’avouer vaincus. Ils demandent des précisions sur l’impact qu’aura la mesure pour le personnel actuel et se montrent critiques face au statut accordé à ces porteurs de courrier. Il s’agit en effet de contractuels qui travailleront quelque 3 heures par jour, pour un salaire de 15 à 20% moins élevé que celui des facteurs.

Johnny Thijs affirme que les porteurs de courrier seront des personnes qui possèdent déjà un autre emploi à mi-temps et qui pourront augmenter leurs gains via un système de primes.

L’administrateur-délégué espère parvenir à un accord avec les syndicats. « Toute notre énergie se concentre sur une concertation sociale ».