Les resquilleurs récidivistes seront punis

Les passagers qui sont pris à plusieurs reprises en flagrant délit alors qu’ils voyagent à bord d’un train sans posséder de titre de transport valable seront dorénavant poursuivis, sans exception, devant la justice. La nouvelle directive a été envoyée par les procureurs-généraux aux parquets du pays. La SNCB se dit satisfaite de cette mesure.

La nouvelle directive stipule que tout passager qui est pris pour la troisième fois en flagrant délit alors qu’il voyage à bord d’un train sans posséder de titre de transport valable sera automatiquement, et sans exception, poursuivit en justice. Un récidiviste peut cependant déjà être poursuivi dès le deuxième constat d’infraction.

Jusqu’à présent, la poursuite en justice de resquilleurs n’était pas obligatoire, et dans la pratique elle ne se produisait que rarement, voire jamais.

La directive a déjà été envoyée il y a quelques semaines aux parquets du pays. Elle vient d’être publiée partiellement, ce mardi, par les quotidiens flamands De Standaard et Het Nieuwsblad. Ces journaux estiment que la nouvelle mesure n’est pas suffisamment sévère, mais la Société nationale des chemins de fer belges se dit satisfaite.

Un quart de millions de fraudeurs

« C’est un premier pas dans la direction d’une lutte correcte contre le phénomène du « resquillage ». C’est cela le plus important. Qui sait comment cela va évoluer… », affirmait le porte-parole de la SNCB, Jochem Goovaerts.

En 2008, la SNCB a pris plus de 250.000 resquilleurs en flagrant délit. Près de la moitié de ces personnes prises en faute refusaient de payer un titre de transport et les frais administratifs liés à leur infraction.

Celui qui ne veut pas payer reçoit une contravention et une amende. Ce n’est qu’à partir du moment où un passager refuse de payer cette amende que le parquet peut réclamer sa poursuite en justice. C’est cette dernière étape dans la lutte contre le resquillage qui sera donc maintenant plus souvent appliquée.